vendredi 25 juillet 2014

On tente le diable du VINdredi avec un vin blanc!

En ce VINdredi, je vous suggère le Casillero Del Diablo Devil’s Collection White.
Ici nous sommes en présence d’une bouteille de vin du Chili, fidèle à la réputation pour ses vins affichant un bon rapport qualité versus le prix.     

Cépage : Sauvignon Blanc, Chardonnay, Gewurztraminer
Producteur : Concha Y Toro  
Millésime : 2012        
Région : Casablanca Valley
Pays : Chili
Catégorie : Blanc
Alcool : 13 % 
Prix : 16,99 $ 
Fermeture : Capsule à vis
CUP : #7804320561585
La note Le Tire-bouchon : 3 

Concha Y Toro est un géant de la production de vin au Chili et ce producteur a le don de séduire le consommateur par la qualité de plusieurs de ses vins tout en étant abordables. 

Notes de dégustation

L’appellation Casablanca Valley est connue pour ces cépages blancs, en particulier le Sauvignon blanc et le Chardonnay. Pas étonnant donc d’y retrouver ces deux cépages dans ce mélange, en plus d’une touche de Gewurztraminer. La présence de ce cépage laisse l'impression de la présence de sucre résiduel en bouche. Le vin fermenté dans des cuves en inox affiche une belle couleur jaune citron assez pâle. Le nez expressif dégage des parfums d’agrumes dont le pamplemousse la lime et des notes de groseilles.  La bouche est juteuse avec une acidité modérée et des saveurs d’agrumes offrant ainsi un style rafraichissant, idéal pour l’apéro estival.

Servir à une température de 8 à 10º C.  Un blanc sec à consommer dans sa jeunesse et pourra se conserver 3 à 4 ans suivant le millésime. 

Accord mets et vin

Ce vin n’a rien de compliqué, un bon verre en fraîcheur pour l’apéro, sinon on pourra le consommer à table avec des salades d’été ou encore avec de bons fruits de mer des Maritimes.


La semaine prochaine on s’offre un petit voyage gustatif en Nouvelle-Zélande.  Bon VINdredi!

jeudi 24 juillet 2014

Le Festival des Vins de Saguenay, un coup de cœur de l’été 2014!

Vous aimez le vin, l’été et les gens sympathiques?  Vous devriez prévoir une visite au Saguenay en juillet 2015.

Les 10-11 et 12 juillet dernier, moi et ma conjointe avons participé à la 8e édition du Festival des Vins de Saguenay, une première pour nous.  Étant nous-mêmes dans l’organisation d’un événement sur les vins en Acadie avec FestiVin, c’était donc une occasion de voir comment ça se passe ailleurs.   C’est après avoir rencontré Charles Boudreault l’un des organisateurs de ce festival, durant une activité de dégustation chez Philippe Lapeyrie à Québec, que la connexion s’est faite et que nous y avons été invité. 

La rue Racine aura été visitée par 40 000 visiteurs
Dès notre arrivée à l’Hôtel Chicoutimi, nous avons compris qu’il s’agissait d’un événement hors de l’ordinaire.  Nous avons participé à un 5 à 7 à Place du citoyen où nous avons eu la chance de goûter quelques vins tout en ayant l'occasion de faire du réseautage.  C’est toutefois le vendredi 11 juillet dès 17 heures que nous avons été en mesure de nous imprégner de la véritable ambiance du Festival des vins de Saguenay, alors que la rue Racine était fermée à la circulation automobile.  De chaque côté de la rue une multitude de petits chapiteaux blancs avec à l’intérieur des agents, des producteurs et des acteurs de l’industrie du vin.    Pour les gens du public, un accès à plusieurs centaines de produits de partout dans le monde incluant des vins du terroir québécois.  

Avec cette 8e édition, dame nature a été particulièrement généreuse envers les organisateurs qui ont été en mesure de présenter le festival en plein-air pour une 3e édition seulement depuis ses débuts.  En cas de pluie, un plan B était prévu afin de déménager au Vieux Port de Chicoutimi avec l’accès à un grand hangar et un vaste chapiteau.  Cependant ceci engendre une logistique supplémentaire qui n’est pas de tout repos, mais l’organisation était prête. 

Visite du secteur Chicoutimi avec Samy Rabbat
Avec Philippe Lapeyrie, porte-parole du festival depuis ses débuts, l’événement obtient une visibilité qui se traduit par un succès de masse incroyable.  Durant la fin de semaine, c’est près de 40 000 personnes qui viendront arpenter les kiosques de la rue Racine en quête d’un coup de cœur qu’ils pourront ensuite se procurer à la Saq.   Pour faciliter cette tâche, notre ami Philippe profite du vendredi soir pour animer une dégustation durant laquelle il fait le dévoilement de ses coups de cœur.  La sympathique animatrice TVA, Ève-Marie Lortie était présente aussi à titre d’ambassadrice d’Arvida, puisqu’elle est originaire de la région. 
Plusieurs personnalités du monde des vins étaient aussi sur les lieux durant la fin de semaine dont la sommelière Jessica Harnois et Samy Rabbat,  réseauteur professionnel et éditeur pour le magazine d'actualité des réseaux de l'agroalimentaire, des alcools et de l'hospitalité. 

Le samedi matin, les invités de la 8e édition ont été conviés à un déjeuner dans l’enceinte du Jardin des Vestiges de la Vieille Pulperie de Chicoutimi, agrémenté d’une visite du Musée avec l’exposition permanente sur le peintre Arthur Villeneuve.  Nous avons fait un p’tit tour de ville en bus avant de revenir à notre hôtel juste en temps pour continuer notre exploration des kiosques et des vins à partir de 14 heures.  
Un festival très accessible

Ce festival s’illustre par son accessibilité. C'est d'abord pour le prix d’admission (le forfait « Découverte » au coût de 25 $ toutes taxes comprises) et l’occasion unique pour les participants de rencontrer des personnes de renom dans le monde du vin, et même d’assister à des dégustations animées. Ce fût le cas notamment d’une agréable discussion que nous avons eu avec le vigneron Alain Rochard du Vignoble Du Loup Blanc situé dans le Languedoc. Ce fût aussi le cas de retrouvailles avec Ithier Bouchard du Domaine de Tariquet aussi présent au Saguenay, lui qui m'avait si bien reçu dans le Gers en 2012 avec mon épouse, lors de notre visite à ce domaine de la famille Grassa.  

Durant la journée de samedi, les gens du public ont eu la chance d’entendre la québécoise Nathalie Bonhomme parler de ses vignes et de l’Espagne où elle a élu domicile. Ses vins sont de plus en plus en demande auprès des consommateurs à la Saq. De nombreuses présentations dans la rue viennent d'ailleurs agrémenter l’expérience des festivaliers. 

Notre rencontre avec Alain Rochard
Ce qui est aussi particulier dans le cas du Festival des vins de Saguenay, c’est la présence des restaurants à proximité le long de la rue Racine.  Donc pas la peine de se laisser enivrer par les effets du vin, il est possible de profiter des bonnes tables qui bordent la rue pour prendre un peu de solide.  Notre séjour a été particulièrement réussi à ce niveau avec le plaisir de partager une table avec des amis.  Parmi nos instants gourmands lors de ce séjour, il faut saluer les délices du Restaurant International Café, le Rouge Burger Bar, le Restaurant Chez Georges et le meilleur restaurant de sushis qu’il m’a été possible d’essayer de toute ma vie, soit le Temaki Sushi Bar du chef Michael Tremblay.

Nathalie Bonhomme anime une dégustation

Même avec 40 000 personnes qui passent dans ce segment de rue lors de la fin de semaine, on ne s’est jamais senti bousculé et le tout se déroule dans une atmosphère festive et de bonne humeur,  mais toujours dans le respect du bon goût de la dégustation.  Pour conclure, il faut dire que notre expérience au Saguenay aura donc un effet durable, soit la dépendance à l’hospitalité conviviale des gens de cette fabuleuse région.  Étant mon coup de coeur de l'été 2014, on s’y donne rendez-vous pour la 9e édition qui se tiendra les 9, 10 et 11 juillet 2015. 

vendredi 18 juillet 2014

Un Vindredi de grande dévotion avec un chilien!

Le Chili demeure un pays qui offre de belles découvertes et ce à des prix qui demeurent beaucoup plus abordables que ceux de la Californie.  Ce mélange de Carmenère et Syrah s’illustre en ce Vindredi pour constituer notre vin vedette de la semaine!

Le Gran Devocion Carmenere Syrah 2010 de Vina Maipo a bénéficié de 14 mois de vieillissement en fût de chêne français. 

Cépage : Carmenère et Syrah
Producteur : Vina Maipo  
Millésime : 2012        
Région : Vallée de Maule
Pays : Chili
Catégorie : Rouge
Alcool : 14 % 
Prix : 19.99$   
Fermeture : Liège
CUP : #7804320405629
La note Le Tire-bouchon : 3  1/2



Le Carmenère est un cépage qui fût longtemps utilisé en France mais l'arrivée du phylloxéra au 19e siècle a anéanti le vignoble. Pour replanter, il a fallu greffer la vigne, modifiant ses qualités : faiblesse des rendements et grande sensibilité à la coulure. Il n'a donc pratiquement pas été replanté.  (Source wikipédia) Toutefois plusieurs producteurs chiliens ont contribué à ce retour en popularité.

Notes de dégustation

La présence de ce cépage apporte notamment des couleurs intenses au vin.  De plus, la présence d’arômes de cacao, d'épices et  de tabac découlent aussi de son utilisation dans ce mélange. Le côté juteux du vin provient quant à lui de la Syrah qui apporte aussi des arômes de fruits rouges.
Le résultat de ce duo engendre un vin avec du corps, des tanins souples et une belle complexité pour moins de 20$.

Servir à une température de 15 à 18º C.  Un rouge sec à consommer entre 4 et 6 ans suivant le millésime.



Accord mets et vin

Ce chilien représente un jumelage judicieux avec de l'agneau et les viandes rouges sur le BBQ.  Il fera aussi bonne impression avec vos lasagnes, les fromages forts, les légumes et les plats à base de maïs ou de fèves grillées.



vendredi 11 juillet 2014

A défaut d’une victoire des Bleus, on s’offre un rouge en ce Vindredi!

Nous allons vivre ce weekend la conclusion de la finale de la Coupe du Monde de soccer au Brésil.  L’équipe de France a presque réussit à se faufiler jusqu’au grand match mais les allemands ont fait obstacle sur leur chemin. Qu’importe ce sera la Fête nationale de la France le 14 juillet et si les Bleus ont failli à la tâche, ce n’est pas une raison de ce priver d’un bon rouge français pour célébrer nos racines françaises.  En ce Vindredi, je vous suggère le Chapoutier Belleruche Côtes-du-Rhône!

Cépage : Grenache et Syrah.  
Producteur : Michel Chapoutier 
Millésime : 2012      
Région : Rhône
Pays : France
Catégorie : Rouge
Alcool : 14 % 
Prix : 19,99 $ 
Fermeture : Liège
CUP : # 3391181111232
La note Le Tire-bouchon : 3  1/2

La  Maison Chapoutier cultive est présente dans le Rhône depuis 1808.  C’est en 1879 que Polydor Chapoutier acheta ses premières vignes et commença à vinifier. L’aventure du vin commence à l’âge de 26 ans pour Michel Chapoutier. Il a succédé à son père Max, et dès les années 90 il a imposé dans ses vignobles la culture en biodynamie. Il a aussi commercialisé ses vins avec une étiquette sur laquelle apparaît du braille, depuis 1996.

Les vignobles du Côtes du Rhône “Belleruche” rouge couvrent 4 départements (Drôme, Vaucluse, Gard, Ardèche) sur différents terroirs ce qui apporte au vin une richesse et complexité intéressante. 


Notes de dégustation

Une couleur rubis de bonne intensité avec un nez généreux et puissant.   Des arômes de petits fruits, d'épices, de réglisse et de confiture de petits fruits noirs séduisent en olfaction.  Toutefois le charme opère davantage par ses qualités gustatives dont sa fraîcheur et ses  tannins charnus. Le vin démontre de belles qualités en bouche avec son prix sous la barre des 20 dollars.

Servir à une température de 15 à 17º C.  Un agréable rouge sec à consommer avec de la nourriture.  Il pourra se conserver 4 à 5 ans suivant le millésime. 

Accord mets et vin


Ce rouge trouvera son aise à table avec des viandes rouges et spécifiquement avec des magrets de canard, côtelettes d’agneau ou un bon filet de bœuf grillé à la framboise.  Pour les amoureux de cuisine mexicaine, optez pour des tortillas au steak et aux légumes grillés. 

vendredi 4 juillet 2014

Un Vindredi en hommage à l'Oncle Sam

Cette semaine nous soulignons la Fête Nationale des États-Unis en vous suggérant un Vindredi mettant en évidence un vins du pays de l'Oncle Sam. 

Nom du vin : Hahn Chardonnay
Cépage : Chardonnay   
Producteur :  Hahn Estates           
Millésime : 2012        
Région : Californie
Pays : États-Unis
Catégorie : Blanc
Alcool : 14,5 % 
Prix : 24,99 $ 
Fermeture : Liège
CUP : #086788555901
La note Le Tire-bouchon : 3  1/2






Notes de dégustation

La Californie est une magnifique destination pour visiter les vignobles. En dehors de Napa et Sonoma, il existe aussi des coins charmants à découvrir.  La région de Central Cost où se trouve le comté de Monterey en est un bel exemple avec cet excellent producteur qu’est la famille Hahn.   Nicolas ("Nicky") Hahn et son épouse Gaby ont acheté deux ranchs dans les années 70, afin de planter des vignes et débuter une cave. Leurs premiers vins, sous le label Smith & Hook, ont reçu de nombreux prix et éloges. En 1991 Nicky décide de créer une nouvelle marque de vin, soit Hahn Winery. Les vins Hahn sont élaboré à partir de cinq vignobles situés dans les appellations Santa Lucia Highlands et Monterey County.

Dégusté pour la première fois le printemps dernier à Moncton au California Wine Fair, j’ai eu la chance de le savourer à nouveau au FestiVin de Caraquet.  L’usage de fût français apporte une touche vanillée bien dosée sur le plan gustatif.  Le vin dégage notamment des arômes de pomme verte, de poire et des notes de caramel.  Ce vin d’intensité moyenne en bouche développe des saveurs de pêche blanche, de jus d’ananas et de subtiles notes citronnées. 

Servir à une température de 6 à 8 º C.  Un agréable blanc sec à consommer frais.  Il pourra se conserver 5 à 7 ans suivant le millésime. 

Accord mets et vin


Son style est idéal pour nos fruits de mer.  Coquilles Saint-Jacques, crabes des neiges, filet de morue charbonnière au miso et bien d’autres combinaisons sont à découvrir.  Un filet de porc glacé à la moutarde et à l'érable ou encore une belle pièce de saumon sauce béarnaise pourront aussi lui rendre justice.