jeudi 28 février 2013

Bordeaux 2010 : Vedette de la presse spécialisée


Depuis quelques semaines on ne cesse de tarir d’éloge le millésime 2010 de Bordeaux.  Une récente opération menée en Amérique en  janvier,  dont le 26 janvier dernier à Montréal par l’Union des producteurs de Grands crus de Bordeaux semble avoir touché la cible. (Voir mon texte du 7 février) Les villes de New-York, Washington, Chicago, Los Angeles et San Francisco ont goûté aux charmes de ces vins. 
Pas étonnant que le Wine Spectator y consacre son édition du 31 mars avec James Molesworth. Intitulé Bordeaux at his Best, cette nouvelle édition de la bible du vin aux États-Unis, en profite pour passer en revue une impressionnante quantité de vins en proposant plus de 450 vins du millésime 2010,  ayant obtenu la note de consécration de 90 points et plus.  En lisant l’article de Molesworth, on salive déjà en lisant ces paragraphes décrivant les vins en vedette sur les deux rives.
Un millésime 2010 de Cheval Blanc à 1440 $

Dans le coin gauche, les canons du Médoc avec les appellations de Saint-Julien, Saint-Estèphe, Pauillac et Margaux.  Dans le coin droit, les poids lourds de Pomerol, Saint-Émilion et sans oublier Fronsac et Côtes de Castillon.  Bref la soif se manifeste à la lecture, mais lorsqu’il y a de grands millésimes comme 2010, les « aubaines » se trouvent davantage auprès des plus petits châteaux. On trouvera de bons vins particulièrement dans des appellations comme Listrac, Moulis,  Pessac Léognan et Haut-Médoc. L’analyse de Molesworth est documentée par des informations intéressantes pour ceux qui visent des vins avec de hauts pointages et de longues durées de garde. 

Les 2010 démontrent davantage de structure que le 2009, avec notamment des tanins et une acidité plus présente et mieux défini.  Les vins de Saint-Estèphe auraient été exposé à de la grêle tard dans la saison ce qui a résulté de résultats variables mais tout de même très bons.  Quant à certains Saint-Émilion une légère tendance à des extractions un peu trop poussées semble ternir un peu le portrait d’un superbe millésime.  Les vins de Pauillac et Saint-Julien démontrent des résultats magnifiques par la qualité du Cabernet sauvignon.  Sur 36 grands crus de Pauillac, au moins 27 se sont mérité la note de 90 points et plus.   Sur 25 vins goûtés par le Wine Spectator pour l’appellation Saint-Julien, un seul n’a pas été en mesure d’obtenir le seuil des 90 points et plus.   Pour l’appellation Margaux qui a été analysée dans ce rapport avec 54 vins,  au moins 72% des 2010 goutés ont obtenu un pointage remarquable en comparaison avec 46% des 39 vins de Saint-Estèphe.  Pour les bonnes aubaines, dans l’appellation Pessac Léognan,  le Château Brown et Château Larrivet Haut-Brion à 35$ chacun s’illustrent avec le même pointage à 92 points.  Le Château Belle-Vue Haut-Médoc à 25$ obtient pour sa part 91 points. 

Sur la rive droite, les vins de Pomerol auront été particulièrement  à la hauteur avec 88% des vins obtenant la marque du 90 points et plus.  Un magnifique Château Le Pin Pomerol obtient 98 points, mais pour avoir le plaisir d’y tremper ses lèvres on devra débourser 3000 $ pour mettre la main sur une bouteille, ce qui est 400$ de moins que pour un Pétrus 2010 qui a obtenu un point de moins. À ce chapitre, le Château  Cheval Blanc de l’appellation voisine de Saint-Émilion apparaît comme une aubaine avec son pointage de 98 points à 1440$.   

samedi 16 février 2013

Les vins de la Société des Alcools du Québec en chiffres


Avec la nouvelle refonte du site saq.com, le visiteur est en mesure d’en savoir davantage sur le nombre de produits représentés sur les tablettes de la Société des Alcools du Québec.  J’ai moi-même trouvé l’exercice intéressant et j’ai été en mesure de tirer des constats au niveau de la réalité versus les perceptions.  

Quel pays est le plus représenté dans les produits
du vin de la SAQ?
Les vins français (excluant le Champagne) et les vins italiens représentent plus de 67% de tous les vins que l’on retrouve dans l’inventaire du monopole québécois.  Les vins canadiens sont toujours sous représenté car ils ne constituent que 2% à peine des vins de la SAQ.   

Il semble y avoir un effort pour promouvoir les produits du Québec avec 39% des vins du Canada qui proviennent de la belle province, devant l’Ontario (34%) et la Colombie-Britannique (27%).  Par ailleurs le cépage le plus présent dans les vins proposés est le Cabernet Sauvignon avec 1042 vins soit 12% des vins.  Le Pinot Noir suit au second rang avec 693 vins (8%) et le Chardonnay en troisième position avec 610 vins (7%).

Enfin plus de 37% des vins se trouvent dans la tranche de prix de 40$ et plus.  Les vins de moins de 15 dollars représentent 11% des 8536 vins,  alors que les 1635 vins de 15 à 19.99$ pour 19%.  La tranche des vins entre 20 et 29.99$ représentent 23% et la tranche de 30 à 39.99$  frôlent les 10% des vins.


Voyons de plus près quelques chiffres :

Il y avait en date de la Saint-Valentin 2013, 8536 vins disponibles à la SAQ

 Vin rouge (6369)………….75% de tous les vins
 Vin blanc (2047)…………..24% de tous les vins
 Vin rosé (120)……………..1% de tous les vins


Rang / Pays ou région / nombre de vins à la SAQ/ Pourcentage de l’inventaire

1-France (3989) …………..47%
   Bourgogne(1159)………...13%  (29% de tous les vins de France)
   Bordeaux(1031)………….11%  (25% de tous les vins de France)

2-Italie (1669)……………...20%
   Toscane (560)…………….6%  (33% de tous les vins d’Italie)
    Piémont (313)……………4%   (19% de tous les vins d’Italie)

3-États-Unis (607)………….7%
   Californie (484)…………..6%  (80% de tous les vins des États-Unis)

4-Espagne (496)…………….6%
   Rioja (115)………………..1%  (23 % de tous les vins d’Espagne)

5-Australie (346)……………4%

6-Argentine (225)...................3%
   Mendoza (161)…………….2% (71% de tous les vins d’Argentine)

7-Chili (224)………………...3%
  
8-Canada (198)……………..2%
   Québec (77)………………0.8% (39% de tous les vins du Canada)
   Ontario (67)………………0.7% (34 % de tous les vins du Canada)
   Col.-Britannique (53)…….0.6% (27% de tous les vins du Canada)

9-Portugal (188)……………2%

10-Afrique du Sud (154)……2%

11-Nouvelle-Zélande (121)
12-Allemagne (74)
13-Grèce (56)
14-Liban (31)
15-Autriche (27)
16-Uruguay (25)
17-Suisse (19)
18-Bulgarie (14)
19-Hongrie (14)
20-Israël (14)

21-Roumanie (8)
22-Brésil (7)
23-Mexique (5)
24-Maroc (4)
25-Slovénie (4)
26-Pérou (3)
27-Turquie (3)
28-Chine (3)
29-Géorgie (2)
30-Tunisie (2)

31-Inde (2)
32-Japon (1)
33-Luxembourg (1)

Parmi les autres produits du vin, on retrouve les champagnes, les mousseux, les portos, vins fortifiés et vins de dessert.  Voici un portrait de la situation :

Champagnes et mousseux (402)
Champagne (229)……….. .57%
Mousseux (173)…………..43%

Portos et vins fortifiés (370) 
Porto (219)…………….59%

Vins de desserts (381)
Sauternes (90)…………24%
Vins de glace (66)…….17%
Autres (225) .…………59%


Vous pouvez enfin vous rendre sur le site officiel de la SAQ ou vous pourrez vous amuser à faire vos propres  recherches dans la section des produits. 

mercredi 13 février 2013

L’amour du Champagne à la manière de Bond 007

Depuis quelques jours la nouvelle circule presque secrètement.  Alcool Nouveau-Brunswick a reçu une petite quantité d’un Champagne destiné à souligner le 50e anniversaire de l’apparition de 007 sur grand écran.  Il y avait moins de 10 bouteilles, il en restait à peine 7 bouteille dans 3 succursales au moment d’écrire ces lignes.  Avec la Saint-Valentin dans le sillage de cette initiative, la maison Bollinger a lancé le « Bollinger 002 for 007 ».  Ce savoureux vin effervescent se vend à 175$ la bouteille au Nouveau-Brunswick.
Une bonne combinaison?

Avec cette bouteille spéciale, cette maison champenoise fait ainsi un clin d’œil à cet agent britannique un peu spécial qui a le don de séduire les femmes un peu à la manière du Champagne.  Cette pétillante initiative de Bollinger s’accompagne d’un coffret en édition limitée: « Bollinger 002 for 007 ».  Vous serez alors en présence d’un coffret arborant la forme du silencieux Walther PPK de Bond.  Le boîtier es digne d’un gadget signé par Q alors qu’il s’ouvre grâce à la combinaison des 3 chiffres « 007 ».   En cliquant sur le logo « gun », il apparaît alors la bouteille « La Grande Année 2002 » de Bollinger, ce qui explique le 002.  L’assemblage de La Grande Année est composé en moyenne de 65% de Pinot Noir et 35% de Chardonnay.

Depuis quelques années, on assiste à un raffinement des goûts du personnage de 007 qui au-delà de son traditionnel verre de martini s’est tourné vers le Champagne dans plusieurs films.  À chaque occasion il s’agissait du Champagne de Bollinger ou encore du Dom Perignon.

Vous pouvez retrouver le Bollinger Collection Edition 002 for 007 en consultant le site web d’Alcool NB. Bon baiser de Bond pour la Saint-Valentin...

CUP #3052853080132
Champagnes - France
Prix: $174.99

mardi 12 février 2013

Sauvignon blanc : Le seigneur des vignes de Nouvelle-Zélande


Vous avez été ébloui par les paysages de la trilogie cinématographique  "Lord of The Rings"?  Il s’agissait en fait d’un pays de l’hémisphère sud qui produit d’excellents vins soit la Nouvelle-Zélande.   Plusieurs scènes ont été tournées dans le parc national de Tongariro, et plus précisément au volcan Ruapehu,  ainsi que la réserve de Poolburn, à Otago, une région viticole, où ont été tournées certaines scènes de ces films.

Le cépage le plus renommé de Nouvelle-Zélande
Par ailleurs la fameuse cité d’Edoras, capitale du Rohan,  a emprunté le décor du Mont Sunday localisé dans la région de Canterbury, pour le tournage de ses scènes.  La région viticole la plus connue du pays, soit Marlborough, se retrouve à l’extrémité nord de l’Ile du Sud et comporte le tiers de l’encépagement néo-zélandais.

La Nouvelle-Zélande est très isolée géographiquement soit à près de 2000 km de l’Australie.  Formé de deux iles principales (Nord et Sud) la Nouvelle-Zélande est peuplée de 4,3 millions d’habitants sur un territoire d’un peu plus de 270 000 km2 (75e rang au monde).  La fête nationale du pays est célébrée le 6 février pour commémorer le Traité de Waitangi , entre les Maori et la Couronne britannique en 1840*.

La vigne s’implante lentement

L’histoire viticole du pays débute à l’arrivée des colonisateurs européens. La vigne a été introduite à Kerikeri dans l’extrême Nord par un missionnaire anglais, le révérend Anglais Samuel Marsden vers 1819.  Monsieur Marsden a introduit des ceps d’Australie, mais c’est seulement vers 1832 que James Busby commence à produire du vin en s’établissant à Waiyangi (Northland).  La première production sur des bases commerciales fut initiée en 1875 dans la région de Marlborough, mais il faudra attendre encore une centaine d’années avant des résultats plus concrets. **

Pays du Sauvignon blanc

Aujourd’hui la Nouvelle-Zélande est munie d’un vignoble presque deux fois plus grand que la Bourgogne en France.  Le pays exporte une grande partie de sa production et produit 10 fois moins de vin que son voisin australien.  Ses principaux marchés sont l’Australie, l’Angleterre et les Etats-Unis.

La superficie totale du vignoble néo-zélandais représentait 31 964 hectares en 2009. En termes de production, la région de Marlborough est la plus large, avec un peu plus de 19 000 hectares en 2010. Les régions de Hawke’s Bay et de Gisborne suivent avec respectivement 4 947 ha et 2 083 ha.

Le Sauvignon blanc est le cépage emblématique de la Nouvelle-Zélande car c’est lui qui s’exprime le mieux dans ce climat d’influence océanique.  70% de l’encépagement de la région de Marlborough provient de ce raisin qui offre des vins exubérants et frais, au profil aromatique très intense.  La  Nouvelle-Zélande a connu une croissance rapide de son industrie du vin en passant de 334 producteurs  indépendants en 1999, à près de 600 de nos jours.***


Les producteurs Kim Craford, Oyster Bay, Stoneleigh,  Coudy Bay, Spy Valley et Matua sont les produits les plus disponibles au Nouveau-Brunswick.  Sur plus de 31 vins disponibles, on retrouve au moins 15 vins fait de Sauvignon blanc soit près de la moitié.  Le Pinot noir de la Nouvelle-Zélande s’exprime également très bien sur le sol de la Nouvelle-Zélande pour les rouges.   Le Chardonnay, la Syrah, le Riesling, le Merlot et le Cabernet sauvignon sot d’autres raisins qui donnent de bons résultats.  Dans le top 100 des meilleurs vins de 2012 au moins 4 vins de ce pays figurent au classement. Le Kim Crawford Marlborough Sauvignon Blanc est au 23e rang, tandis que le Spy Valley Pinot noir est au 8e rang.


Sources :

*Wikipédia
**Esprit Nouvelle-Zélande
*** South  World Wines

jeudi 7 février 2013

Bordeaux 2010 : l’exceptionnel a un prix


Le 26 janvier dernier, je me suis rendu à Montréal pour prendre part une grande dégustation de plus d’une centaine de vins des producteurs de l’Union des grands crus de Bordeaux dans le secteur de Griffintown (je me sentais chez moi).  Après avoir visité moi-même plusieurs châteaux à Bordeaux l’été dernier, avec la possibilité de goûter à plusieurs de ces grands crus du millésime 2009, c’était tout simplement une opportunité incroyable de goûter les 2010 sans traverser l’Atlantique.   

Avec le directeur du Château Giscours, Monsieur Van Beek 
 L’engouement pour ces deux millésimes s’est traduit par un constat évident. Avec un millésime exceptionnel dans le Bordelais, on doit s’attendre aussi à payer des prix hors de l’ordinaire.  Évidemment, une dégustation de ce genre représente une opportunité en or, alors qu’il est possible de goûter ces grands vins pour 130 dollars, soit 5$ de plus que le prix d’une seul bouteille de Château Beychevelle 2010.  Malgré ces prix qui peuvent rebuter le consommateur moyen, les producteurs de Bordeaux ont récolté la manne des 2009 et 2010,  grâce au marché asiatique et particulièrement à celui de la Chine.  D’après une étude de Vinexpo, la Chine va croître sa consommation de vin de 12% d’ici 2016. Avec cette hausse, l’empire du Milieu devrait arriver juste derrière les Etats-Unis d’ici 2016, en ce qui a trait à la valeur de consommation.

Les vins de Bordeaux du millésime 2010 ont un potentiel de garde de longue durée et c’est pourquoi l’attrait est encore plus grand pour les collectionneurs.  J’ai moi-même succombé à la tentation à quelques reprises en achetant plusieurs 2009.  Pour ma part, j’ai jeté mon dévolu sur les seconds vins des grands châteaux qui représentent souvent un choix plus « abordables ».  Ma stratégie sera possiblement la même après avoir goûté à ces grands crus du 2010.   Je vous partage ici mes coups de cœur et mon évaluation pour ces fabuleux 2010 que j’ai eu la chance de goûter. Il y avait quand même plus d'une centaine de produits.

Mon meilleur vin blanc de la dégustation
Pour ceux qui ne sont pas habitué à mon système de pointage utilisé dans mes Guide Griffin 2010 et 2012,  je vous donne un aperçu de ma légende ici-bas afin de vous guider.  Notez qu’un nom en caractères gras représente mon coup de cœur pour l’appellation.  Le prix de la SAQ est indiqué entre parenthèses lorsque disponible. Bien que la majorité des vins goûtés soient en rouge, je l'indique aussi pour les besoins de la cause lorsque c'est un blanc, sauf pour l'appellation Sauternes-Barsac dont les vins sont totalement des blancs liquoreux. 


Bon……………………..***
Très bon………………..*** ½
 Excellent………………****
Exceptionnel…………...**** ½
Dans un classe à part…..*****

Sauternes-Barsac

Château Climens (175 $)   ***½

Château Doisy Daëne  (34 $ en format 375ml) ****

Château de Fargues (189 $)  *****  

Château Guiraud  (36 $ en format 375ml)  ****

Château La Tour Blanche (89 $)  ***½

Château de Rayne Vigneau (n.d.)  ****½

Château Suduiraut (n.d.)  ****½


Graves-Pessac-Léognan


Château Carbonnieux  (49 $)   ***½    (blanc)

Château Larrivet Haut-Brion (47 $) ***½

Château Pape Clément (229 $) *****  (blanc)

Château Smith Haut Lafite (n.d.)  ****

Château Olivier (n.d.)  ***

Domaine de Chevalier (145 $)  ****   (blanc)

Margaux
Le surprenant Château Desmirail - 3e grand cru classé

Château Desmirail   ****

Château du Tertre (n.d.)  *** ½

Château Giscours (109 $) ****

Château Lascombes (169 $) *** ½

Château Malescot Saint-Exupéry (n.d.) ****½

Château Rauzan-Ségla (n.d.)  ****




Pauillac


Château d’Armailhac  (79 $)  ****

Château Grand-Puy Lacoste (135 $)

Château Clerc Milon (115 $)  ****

Château Lynch Bages (230 $)  ***½

Château Pichon-Longueville Baron (295 $)  ****½

Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande (300 $)  ****½


Pomerol

Château Beauregard (n.d.)  ***½

Château Clinet (195 $) ****

Château Gazin (115 $)  ***

Château La Conseillante (349 $) ****½



Saint-Émilion


Château Canon (n.d.)  ***½ 

Château Canon La Gaffelière (139 $)  ****

Château La Dominique  (n.d.) ****½

Château Pavie Macquin (185 $) ****½

Château Troplong Mondot (229 $) ****

Château Trottevieille (159 $)  ****

Château Villemaurine  (69 $)  ***½


Saint-Estèphe

Château Lafon-Rochet (n.d.) ***½

Château Ormes de Pez  (n.d.) ****


Saint-Julien

Château Beychevelle (125$)   ****

Château Branaire-Ducru (115 $)    ****½

Château Gruaud-Larose (109 $) ****

Château Langoa Barton (105 $) *** ½

Château Léoville Barton (165 $)  ****½

Château Léoville Poyferré (195 $) ****½

Château Talbot  (95 $)  ***½ 

Enfin,  cette dégustation aura été à la hauteur de mes attentes. Il y avait bien quelques absents de taille comme Angélus, Cheval Blanc, Yquem et aussi quelques prestigieux crus qui ne sont pas membre de l'Union des grands crus de Bordeaux, (Latour, Pontet Canet, Margaux, Palmer, etc) mais cela m'importait peu dans un tel contexte.  L'humeur était au rendez-vous et comme le disait si bien Beaudelaire, Un soir l'âme du vin chantait dans les bouteilles.