mercredi 26 décembre 2012

JoieFarm et sa nouvelle gamme Reserve Series


Depuis quelques semaines j’ai eu la chance de découvrir la gamme Reserve Series des plus récents vins mis sur le marché par JoieFarm winery, un producteur de la région d’Okanagan. 

Si vous avez lu ma critique du 22 mai dernier, vous savez  combien j’avais été satisfait des produits de ce producteur de Naramata  en Colombie-Britannique, avec son millésime 2011.  Après avoir dégusté ces échantillons, les propriétaires Michael Dinn et Heidi Noble m’ont fait parvenir en août dernier des vins du millésime 2010 de la gamme Reserve Series.   Ces vins proviennent habituellement de cuvées des meilleures parcelles du domaine.  Dans cette gamme, JoieFarm fait du vin à partir de cépages  habituellement cultivées en France dans la région de Bourgogne, soit principalement du Pinot noir et du Chardonnay.

Bien que les produits de JoieFarm ne soient pas disponibles au Nouveau-Brunswick par le biais du monopole ANBL, notez que plusieurs domaines font quand même l’acheminement de commandes au Canada, moyennant certains frais de transport.  D’ailleurs sur son site Internet, JoieFarm indique faire la livraison sans frais dans les grands centres urbains du pays.  Il est possible de s’informer avant de commander.  Pour votre information, la livraison est gratuite à Moncton.

Je vous partage donc quelques notes de dégustation de ces produits que j’ai eu la chance de déguster en septembre et octobre dernier.


Joie Farm Reserve Pinot Noir 2010

Difficile de résister à ce superbe vin élaboré à partir d’un type de cépage un peu capricieux.  Néanmoins les artisans du vignoble de FarmJoie ont su tirer profit des propriétés du sol du Naramata Bench et Skaha Bluff pour accoucher de ce produit issu des huit meilleures barriques de cette récolte.   Le vin est vieillit 10 mois dans des barriques de type bourguignonne sélectionnées avec soin.   Il va ensuite poursuivre son vieillissement en bouteille pour au moins une année avant d’être commercialisé. La région produit d’excellents vins à partir du Pinot noir.  Les exemples les plus connues sont ceux de CedarCreek , Quails Gate, Nk’Mip Cellars, Mission Hill et Howling Bluff.

D’après moi ce Pinot noir est dans cette classe avec son style charmeur.  Le vin présente une belle robe rouge rubis de bonne intensité, tout en offrant un bouquet invitant d’arômes de prunes, de poivre blanc et des notes florales.   Le vin est particulièrement savoureux en bouche avec ses saveurs de cerises, ses notes d’épices et surtout l’harmonie de son acidité vivifiante et ses tannins fins.  Un rouge merveilleusement bien réussit et qui demeure raisonnable à près de 40 dollars pour un vin de cette stature.

On pourra l’accompagner avec du gibier comme du chevreuil, du canard et même du porc fumé ou des saucisses pas trop épicées. Personnellement c’est avec du saumon que je le trouve spécialement attrayant.

Ma note du Tire-bouchon : 4 sur 5

Joie Farm Reserve Gewurztraminer 2010

Ce merveilleux cépage cultivé avec brio ordinairement dans la région d’Alsace semble produire d’excellents résultats dans la Vallée d’Okanagan.  Lors de mon périple dans les vignobles de cette région en 2010, j’avais fait de belles découvertes de ce cépage chez Sumac Ridge, Gray Monk, Quails Gate et Tinhorn.  Quelle surprise d’ailleurs pour ce vin vendu 27 dollars en Colombie-Britannique.  Le 2010 de JoieFarm est explosif au nez, avec ses parfums de litchi, de muscade et ses notes de fleur d’orangé.  La bouche est onctueuse et en fraîcheur avec ce beau mélange d’épices et saveurs typique du style alsacien.

Un vin parfait pour l’apéritif,  mais qui pourra agrémenter les hors d’œuvres notamment des pâtés et saucissons. 

Ma note du Tire-bouchon : 4 sur 5


Joie Farm Reserve Chardonnay 2010

Le Chardonnay de la gamme Reserve provient de plusieurs parcelles du Naramata Bench et de la région d’Okanagan Falls.  Le millésime 2010 a été caractérisé par des températures plutôt froides aux normales.   Comme ce fût le cas pour le Pinot noir, ce Chardonnay aura bénéficié d’un vieillissement de 10 mois en fût de chêne et une année en bouteille.  On croit que ce vin pourra s’améliorer pour les 5 à 7 prochaines années, tout en étant capable de résister une dizaine d’année au cellier.

Pour seulement 29.90$ au domaine et en Colombie-Britannique, ce vin fait bonne figure.  J’avais adoré le  Chardonnay  Un-oaked 2011 et j’étais curieux de voir le résultat pour le Chardonnay de la gamme Reserve.  D’abord la robe affiche une couleur d’un beau jaune or.  Sur le plan olfactif, la trame aromatique est bien étoffée avec des parfums d’ananas, de vanille, mais aussi par ses notes beurrées.  La bouche est ample et riche,  appuyée de saveurs de citron, tangerine et caractérisée d’une finale juteuse. 

On pourra boire ce blanc en toute simplicité entre amis, mais aussi à table avec des huîtres et une belle variété de fruits de mer.  Un p’tit homard des provinces de l’Atlantique ferait fort bien honneur à ce Chardonnay de l’ouest canadien.

Ma note du Tire-bouchon : 3 ½  sur 5


JoieFarm PTG 2010

Enfin,  un autre vin m’a été présenté par JoieFarm, soit le PTG du millésime 2010.  PGT est le diminutif de Passe-Tout-Grains, un vin classique de la région de Bourgogne combinant l’élégance du Pinot noir (habituellement de la Côte d’Or) et du Gamay (populaire dans le Beaujolais).   La version canadienne du Passe-Tout-Grains de JoieFarm est possiblement la meilleure réalisée à ce jour, selon l’aveu même du producteur.  Le PTG 2010 est composé à 48 de Pinot Noir et de 52% de Gamay. 

C’est un vin aux arômes de cerises noires et sauge est intéressant au nez, mais demeure tout aussi agréable en bouche par ses saveurs poivrées, ses notes de cerises charnues et d’épices de girofle et fruits mûrs.  Son acidité juteuse ajoute au plaisir de ce rouge qui pourrait se définir en trois mots : Plaisant, Tendre et Généreux soit PTG.

À table ce vin sera harmonieux avec des charcuteries, de la viande de gibier, des mets sur le BBQ ou même du saumon.

Ma note Le Tire-bouchon  3 sur 5

Pour plus de renseignements sur le producteurs et commander en ligne, veuillez consulter le site www.joiefarm.com


samedi 22 décembre 2012

Dévoilement de mon Top 100 des meilleurs vins sous 30 dollars bientôt...


Dans 5 jours le décompte vers le Top 100 des meilleurs vins du Tire-bouchon sous 30$ s'amorcera dans l'Acadie Nouvelle.  Ces produits sont tous disponibles au Nouveau-Brunswick chez ANBL.

Il y aura 30 vins qui ne figurent pas dans les vins commentés du Guide Griffin 2012.
En tout, 57 vins rouges, 42 blancs et un rosé.

On y retrouve 18 vins d'Italie, 17 de France, 17 des États-Unis, 13 d'Australie, 9 du Chili, 7 de l'Espagne, 6 d'Argentine, 5 de la Nouvelle-Zélande, 4 du Canada, et 4 de d'autres pays.

Les 28, 29 et 31 décembre, surveillez le quotidien l'Acadie Nouvelle.

mercredi 19 décembre 2012

La liste Le Tire-bouchon des 20 émotions de 2012


Si vous avez fait l’achat de mon guide Griffin 2012, vous connaissez sûrement ma liste des 20 émotions (page 21).  Ce sont des bouteilles que j’ai eu la chance de déguster en 2010 et 2011 durant mes voyages dans les régions viticoles ou encore à partir d’expériences dans des restaurants ou à partir des trésors des celliers de bons amis et chez moi.

L'Angélus 2007 au 2e rang
Encore une fois en 2012, j’ai eu le privilège de déguster de ces bouteilles d’exception que l’on ne retrouve pas nécessairement sur les tablettes d’Alcool NB.  Étant donné que je suis allé visiter la région de Bordeaux, vous y retrouverez de nombreuses références à ces vins, car j’ai eu l’opportunité de déguster bon nombre de grands crus, en rouge particulièrement.  Évidemment l’année n’est pas encore terminée et je vais probablement déguster encore de belles bouteilles, mais je crois que je suis assez confortable pour dire que ça ne va pas remettre en question ce top 20 de mes expériences gustatives qui m’auront offertes les plus belles émotions.


 1-Château Montrose 2009,  St-Esthèphe ,  France
 2-Château Angélus 2007, Saint-Émilion, France
 3-Château Suduiraut 1975, Sauternes, France
 4-Château Cheval Blanc 2006, Saint-Émilion, France
 5-Opus One 1998, Napa Valley, États-Unis

 6-Gaja Darmagi DOC 2006, Piémont, Italie 
 7-Château Guiraud 1989, Sauternes, France
 8-Château Palmer 2004, Margaux, France
 9-Cos d’Estournel 2007, Saint-Estèphe, France
10-Château Margaux 2008, Margaux, France

Suduiraut 1975, un Sauternes fabuleux 
11-Château Pontet-Canet 2009, Pauillac, France
12-Guado al Tasso 2008, Toscane, Italie
13-Château Troplong Mondot 2007, Saint-Émilion, France
14-Les Forts de Latour 2004, Pauillac, France
15-Clos du Marquis 2000, Saint-Julien, France

16-Château Sociando Mallet 2001, Haut-Médoc, France
17-Gaja Gaia & Rey DOC 2009, Piémont, Italie
18-Château Lynch-Bages 2006, Pauillac, France
19-Château Pichon Longueville 2003, Pauillac, France
20-Château Malescot St-Exupéry 2003, Margaux, France

De beaux vins d'un millésime plus difficile 



















Autres vins digne de mention :

Almaviva Puente Alto 2009, 
Antica Chardonnay 2009,
Arbois Jacques Tissot Savagnin 2007,
Barolo Cannubi 1996, 
Beaulieu Vineyard Georges de Latour 1997,
Casanova di Neri  2007,
Chassagne Montrachet 2005, 
Château Chambrun 2002,
Château du Tertre 2006, 
Château Figeac 2003, 
Château Giscours 2005, 
Château La Gomerie 1998,
Château La Tour Haut-Brion 1999,
Château Larrivet Haut-Brion 2005,
Château Lilian Ladouys 2009,
Château Lynch-Bages 2004, 
Château Montbousquet 2008,
Château Palmer 2002, 
Château Peby Faugères  1998,
Château Peby Faugères  2002,
Château Peby Faugères 2004,
Château Pichon Longueville 2010,
Château Smith Haut Lafitte 2009,  
Château Sociando Mallet 1998,
Château St-Jean Cinq Cepages 1997,
Château Suduiraut 2009,
Clos Apalta Lapostolle  2008, 
Concha y Toro Don Melchor 1995, 
Concha y Toro Don Melchor 2008,
Guigal Condrieu 2010,
Kosta Brown  Pinot Noir Gary’s Vineyard 2007,
La Dame de Montrose 2000,
Les Lions de Suduiraut 2010,
Les Ormes de Pez 1996,
Les Ormes de Pez 2005, 
Les Pagodes de Cos 2007,
Luce della Vite Toscana 1999,
Montes Alpha M Santa Cruz 2007, 
Muga Seleccion Especial 2006,
Osoyoos Larose 2006,
Pavillon Rouge 2008, 
Pinot noir Treinta y dos Bodega Chacra 2009,
Pintia 2006,
Poderi Luigi Enaudi Barolo 2001
Rauzan-Ségla 2007,
Shaeffer Cabernet sauvignon 1998,
Viader  1998

mardi 18 décembre 2012

Les articles les plus populaires sur le vin en 2012


La fin de l’année 2012 approche, et comme c’est le cas pour la majorité des médias, c’est l’heure des bilans de fin d’année avec la rétrospective des événements marquants de l’année. 

Le Tire-bouchon Griffin ne fait pas exception à cela en publiant aujourd’hui son palmarès des 15 articles ayant fait les manchettes auprès des visiteurs du blogue durant la dernière année.

1-Twitter: 5 comptes influents du vin dans la francophonie  (Cliquez pour consulter l’article)

2-Une verticale du Château Simard au Nouveau-Brunswick (Cliquezpour consulter l’article)

3-Le verdict de la verticale du Château Simard  (Cliquez pour consulter l’article)

4-Le gagnant du Top 100 du Wine Spectator en 2012 est,,, (Cliquez pour consulter l'article)

5-Un délire gastronomique au déjà BU! (Cliquez pourconsulter l’article)

6-Château Palmer : un troisième cru du Médoc aux allures de premier (Cliquez pour consulter l’article)

7-Sportifs, artistes, politiciens et vins  (Cliquez pour consulter l’article)

8-Quelques vins à découvrir pour finir 2012 (Cliquez pourconsulter l’article)

9-Pinot noir : le cépage rebelle au cœur tendre! (Cliquezpour consulter l’article)

10-Du BBQ et des vins pour tous les goûts (Cliquez pourconsulter l’article)

11-L’assurance des vins de Château Pichon Longueville dans Pauillac (Cliquezpour consulter l’article)

12-Après Chartier au FestiVin en 2011, Modat débarque au déjà BU! (Cliquez pour consulter l’article)

13-Des histoires de bières pour tous les styles  (Cliquez pour consulter l’article)

14-Bière, vin ou spiritueux pour célébrer l’Euro 2012?  (Cliquez pour consulter l’article) 

15-Château Cheval Blanc : le pur-sang du vin de Saint-Émilion  (Cliquez pour consulter l’article)


lundi 17 décembre 2012

Suggestions Le Tire-bouchon : aubaines des rouges à moins de 15$


Comme je l’ai proposé plus tôt récemment, la liste annuelle des aubaines proposée par Le Tire-bouchon se poursuit aujourd’hui, avec une liste d’une vingtaine de vins rouges, à moins de 15 dollars.  Ces vins sont disponibles chez Alcool Nouveau-Brunswick.  Ces quelques suggestions sont des découvertes, mais aussi des vins déjà commentés par le biais des guides Griffin 2010 et 2012. 

Les 20 rouges

Vin                                                                                  Prix       Code Produit ANBL

Tocado _ Espagne                                                        9.99 $  (Cup : 8412423120647)
Aresti Pinot Noir - Chili                                                9.99 $  (Cup : 677855000716)
Codici Salentino IGT - Italie                                         9.99 $ (Cup : 851241000638)

Dao Meia Encosta - Portugal                                      11.29 $ (Cup : 5601129034249)
Vista TR    -  Portugal                                                 11.29  $  (Cup : 5601213038016)
Espiritu de Argentina Malbec - Argentine                     11.49 $ (Cup : 677855001126)

Open Cab Merlot - Canada                                        12.99 $ (Cup : 063657022290)
Cono Sur pinot noir  - Chili                                         12.99 $  (Cup : 7804320753454) 

Borsao Joven  - Espagne                                           13.29 $  (Cup : 8412423120036)
Trivento Reserve Syrah  -Argentine                            13.79 $ (Cup : 7798039590434)
Prahova Valley Reserve Pinot Noir   - Roumanie        13.79 $ (Cup : 5011166012450)      
Casillero del Diablo Reserva Malbec  -Chili                13.99  $ (Cup : 7804320510187)
Yali Winemakers Selection Cab.Carmenere - Chili      13.99 $ (Cup : 7808725402658)

Torres Infinite Miguel Torres S.A. - Espagne              14.29 $ (Cup : 8410113004857)
Coteaux du Tricastin La Ciboise - France                   14.29 $  (Cup : 3391182741131)
Johnny Q Shiraz Viognier  - Australie                          14.79 $  (Cup : 9337739000270)
Delicato Old Vine Zinfandel -Californie                       14.99 $  (Cup : 5011932008328)
Woodbridge Cabernet Sauvignon - Californie              14.99 $  (Cup : 086003000094)
Mirassou Pinot Noir   - Californie                                14.99 $  (Cup : 085000012277)
Hardys Oomoo GSM – Australie                                14.99 $  (Cup : 9311043001314)
           

samedi 15 décembre 2012

Suggestions Le Tire-bouchon : aubaines des blancs et mousseux à moins de 15$

Le mois de décembre est déjà là, et si vous avez l’intention d’ignorer la fin du monde, vous êtes surement à la recherche de bonnes aubaines de bouteilles de vins pour profiter du temps des fêtes. Pour un maximum de plaisir et un minimum de frais, les consommateurs sont en quête des bons rapports qualité/prix lorsque vient le temps de choisir une ou plusieurs bouteilles.

Le Tire-bouchon vous propose donc sa liste annuelle des aubaines avec une liste de vins blancs et mousseux à moins de 15 dollars, disponibles chez Alcool Nouveau-Brunswick.  Étant donné la diversité du nombre de produits, j’ai décidé de vous proposer deux chroniques une pour les blancs et mousseux aujourd'hui et une chronique pour les rouges dans les jours à venir. 

Les 20 blancs

Vin                                                                                       Prix       Code Produit ANBL

Las Moras Pinot Grigio 2010     Argentine                               9,99 $   (Cup : 7791540091193)
Aresti Estate Chardonnay  2010 Chili                                      9,99 $   (Cup : 677855000952)
           
Jaszberenyi Riesling 2010  Hongrie                                      10,79 $    (Cup : 5998815733273)
Trivento Tribu Viognier 2011 Argentine                                  10.99 $    (Cup : 7798039590199)

Caliterra Reserva Sauvignon Blanc 2010 Chili                       11,99 $    (Cup : 610444017030)
Korta Viognier Sauvignon Blanc            2010 Chili                11,99 $    (Cup : 858462000065)

Parés Baltà Blanc de Pacs Espagne 2010                            12.49 $    (Cup : 8410439010006)
Jacobs Creek Chardonnay  Australie 2011                            12.79 $     (Cup : 9300727406316)
Exclamation Point Verdicchio DOC 2009  Italie                     12,99 $    (Cup : 8032853721155)
Hardys Stamp Series Riesling Gewurztraminer 2010 Australie 12.99 $ (Cup : 9311043006791)    
Casillero del Diablo Pinot Grigio  2010 Chili                          12.99 $     (Cup : 804320355979)
Open Riesling Gewurztraminer   2010 Canada                      12,99 $     (Cup : 063657022276)    

Las Moras Reserve Chardonnay Argentine                           13.49 $    (Cup : 7791540090042)  
Errazuriz Estate Sauvignon Blanc 2010  Chili                       13,79 $    (Cup : 089046777329)
JF Lurton Fumées Blanches Sauvignon Blanc 2010 France   13,79 $   (Cup : 635335961957)
Yali Winemakers selection Sauvignon Blanc 2011 Chili         13.99 $    (Cup : 780872540264)
Rothschild Viognier 2011 France                                         13.99 $    (Cup : 083960150176)
Snap Dragon Chardonnay 2011  États-Unis                           13,99 $   (Cup : 088692020049)                
Graffigna Centenario Pinot Grigio 2010 Argentine                   14,99 $   (Cup : 852832105565)
Chardonnay Woodbridge by Robert Mondavi  États-Unis         14.99 $   (Cup : 086003000087)


Quelques bons mousseux


Vin                                                                                   Prix       Code Produit ANBL

Hungaria Grande Cuvee  Hongrie                                     12.99 $  (Cup : 5998815750201)
Jacobs Creek Brut Cuvée Australie                                  13.79 $   (Cup : 9300727839244)
Two Oceans Sparkling Sauvignon Blanc  Afriquedu Sud  13.49 $   (Cup : 6001108044655)
Fuzion Brut Familia Zuccardi Argentine                           13.99 $   (Cup : 7791728020038)
Barefoot Bubbly Pinot Grigio    États-Unis                       13.99 $    (Cup : 085000016046)

  

mercredi 12 décembre 2012

Des cadeaux pour les adeptes du vin pour Noël 2012


À chaque année,  lorsque Noël approche, je suis sollicité par des gens afin de les conseiller concernant  des idées de cadeaux pour combler les nombreux adeptes du vin. Avec la fin du monde qui n’est plus à l’agenda,  je n’ai pas d’autres choix que de me mettre au boulot afin de répondre à la demande des visiteurs de mon blogue. La bonne nouvelle pour vous, et pour moi, c’est qu’il existe une panoplie d’idées sur le marché.

Des 'idées de cadeaux pour les adeptes du vin?
Pour ma part, je crois qu’il y a tellement de choix que ce serait difficile d’en faire une liste complète.  Que ce soit des verres, des carafes, de multiples modèles de tire-bouchon,  des livres sur le vin,  vous aurez l’embarras du choix.  Il existe des boutiques spécialisées qui vendent des produits de renom dans des marques tout aussi variées. Voyons quelques exemples par le biais de cette chronique. 

Passer en carafe ou décanter?
L’art de passer le vin en carafe et de décanter un vin,  est de plus en plus pratiqué par les amateurs de vin.  Malheureusement, très peu de gens peuvent faire la différence.  On va décanter un vin afin de le séparer d’un dépôt s’étant formé dans la bouteille avec l’âge.  Généralement, on va prendre un soin très méticuleux pour de très vieux vins et cette opération sera souvent effectuée à la chandelle par des professionnels.  Il faut éviter de brusquer les vieux vins car on pourrait l’abîmer et laisser échapper ce qui lui reste à offrir comme arôme et saveur.   On utilise souvent un filtre pour les besoins de la cause afin de retenir le dépôt dans l’opération de décantation.

Le carafage va surtout être utile pour laisser un vin s’assagir et neutraliser sa fougue de jeunesse. On va verser le vin avec vigueur dans la carafe pour permettre au vin de prendre un bon coup d’air surtout si c’est un jeune vin  (Blanc ou rouge).  C’est aussi plu joli à table lors d’un repas. Le carafage permet au vin de s’ouvrir, et de mettre en évidence ses arômes et saveurs. L’action est bénéfique surtout dans le cas d’un vin fortement tannique.  Des vins destinés à une longue garde et que vous voulez ouvrir dans leur jeunesse pourront bénéficier de cette action avec un passage en carafe de plusieurs minutes, voir des heures dans certains cas.  Pour le choix d’une carafe, il y a un vaste choix de formes, et la gamme de prix pourra varier de 10 dollars et voir même dépasser les 600$ dans certains cas.  À mon sens, il faut au moins une poignée pour prendre la carafe et une ouverture dotée d’un bec verseur pour faciliter le service du vin.  

La solution : faites de l’air!
L'aérateur DECANTUS 
Depuis quelques années la tendance est aux aérateurs qui permettent d’obtenir rapidement des résultats.  En fait c’est aussi pratique pour les gens qui doivent aussi minimiser l’espace de rangement.  Si vous n’avez pas de place pour ranger une carafe ou décanteur, la solution sur mesure est un aérateur.   C’est aussi valable pour une table qui est déjà restreinte en espace, et vous pouvez ainsi vous aider à donner un coup d’air à votre vin pour en profiter plus rapidement.  

Ma plus récente trouvaille de la compagnie Vinearius, c’est l’aérateur DECANTUS, commercialisé chez nous au Nouveau-Brunswick chez quelques détaillants.  (Voir la liste ici-bas)  Il y a trois modèles disponibles soit le DECANTUS  ALLEGRO qui est un bec verseur aérateur, il y a le DECANTUS CLASSIC que j’ai moi-même testé et le DECANTUS CONNAISSEUR qui est similaire au classique avec un système de support. 

Ce qui est un atout pour certaines personnes qui affirment avoir une intolérance aux sulfites, c’est que l’utilisation de l’aérateur DECANTUS aurait démontré une moyenne de réduction des sulfites libres de 56 %.  D’ailleurs on a fait appel à un avis scientifique soit par le biais d’un laboratoire privé de la région de Saint Hyacinthe au Québec,  pour confirmer l’effet bénéfique de l’oxygénation sur le vin et son action sur les sulfites.

D’une apparence similaire à des amphores utilisées par les Grecs et les Romains pour stocker les vins, le DÉCANTUS CLASSIC avec son allure transparente permet d’observer le vin s’écouler vers votre verre.   Facile à manipuler, il est accompagné d’un socle qui permet de récupérer les coulures de vins, ainsi qu’un filtre en inox pour retenir des sédiments qui pourraient s’être formé dans le vin.  Ce modèle qui se vend autour de 45 $ est aussi muni d’un goupillon de nettoyage pour nettoyer le tube inférieur.

On retrouve ces articles chez Linen Chest à Moncton, à la Boutique J’Embouteille à Edmundston,  O’coin du vin à Shippagan  et à Petit Rocher chez Produits bières et vins.
Pour plus de détails, visitez le site Internet.

Les verres et accessoires
Il existe un verre pour votre vin.  Que vous soyez un amateur de vins de Bourgogne, de  Bordeaux ou de cépages spécifiques,  il existe un type de verre pour profiter au maximum de votre vin.  On ne va pas servir le nectar de la vigne dans un verre à eau. Pour maximiser votre expérience, c’est pourquoi il existe une grande variété de verres.  N’hésitez pas à visiter une boutique spécialisée pour obtenir des conseils.   La gamme Riedel est ma préférée depuis des années.  Vous trouverez de ces verres au Nouveau-Brunswick dans plusieurs boutiques, mais aussi chez certains restaurants comme le déjà BU! à Caraquet qui en fait la vente.   Il y a aussi d’autres marques de verres comme Eisch et  Spiegelau.   Il existe néanmoins trois standards de verres universels, l’INAO, l’Expert Tasting de Spiegelau et le verre Ouverture Rouge de Riedel.

Ouvrir sa bouteille est parfois un cauchemar. Il est aussi possible d’acheter de beaux tire-bouchons de toutes les formes. Toutefois la simplicité est parfois plus efficace notamment avec l’outil des sommeliers professionnels, le limonadier.  Les différentes marques les plus populaires sont Laguiole, Pulltap’s, Screwpull, Leverpull, Trudeau, Rabbit, Powerpull, Monopole et bien d’autres.  Pour un Laguiole vont pouvez mettre entre jusqu’à 400 dollars!  J’ai un modèle à 25 dollars et que je vais moins pleurer la perte si jamais je venais à le l’égarer ou à me le faire voler.

De la littérature vineuse
Le nouveau Chartier
L’incontournable cadeau à moins d’une quarantaine de dollars, le très pratiques guide d’achat de vins. Au Québec seulement, il y a une légion d’experts qui écrivent sur le sujet pour aider les gens à choisir les bonnes bouteilles disponible à la Société des Alcools du Québec. 

La cuvée 2013 de ces guides met en vedette des « écritsvins » de longue date comme François Chartier qui après 17 années a donné un coup de jeune à La sélection Chartier en offrant un guide proposant 500 vins à acheter les yeux fermés.   Il y a aussi Michel Phaneuf  et sa 32e édition du Guide du vin qui est signé par sa collaboratrice Nadia Fournier.  Il y a aussi Le guide Aubry des 100 meilleurs vins à moins de 25$ qui est de plus en plus populaire.  Puis il y a le très sympathique Philippe Lapeyrie,  un sommelier et chroniqueur radio et de l’émission Salut Bonjour à Tva qui a publié récemment son second livre, le Lapeyrie 2013.   Pour les amateurs de vin du Nouveau-Brunswick, il y a toujours le guide Griffin 2012 (Le nom m’est familier) qui permet de trouver des vins sur les tablettes d’Alcool Nouveau-Brunswick Liquor.  La plupart de ces livres peuvent être commandé en ligne ou sont disponibles dans la plupart des bonnes librairies.

Mettre son investissement au frais?
Plusieurs personnes me demandent quel serait le meilleur refroidisseur à vin et pourquoi les prix varient autant avec des modèles qui dépassent parfois des centaines de dollars.  En fait, il y a ces petits modèles qui ressemblent à des mini réfrigérateurs que l’on retrouve dans des chambres d’hôtel avec une porte vitrée.   Ces refroidisseurs de 8 jusqu’à 40 bouteilles peuvent être acheté dans des magasins comme Canadian Tire, Sears ou Walmart pour moins de 500$.   Il est parfois possible de régler deux niveaux de température pour ces refroidisseurs à vin.  Ces modèles sont adéquats pour vos vins de consommation courante.  Pour y faire vieillir du vin ce n’est toutefois pas l’idéal.   Ces appareils n’ont pas de contrôle d’humidité, ce qui pourrait à la longue avec les années en venir à assécher les bouchons de vos précieux flacons.  D’ailleurs l’isolation et traitement UV de la vitre n’est pas nécessairement efficace et il y a très peu de protection contre les vibrations. (Habituellement du compresseur)  Bien qu’ils soient plus abordables que les celliers, il y a cependant moins d’options (pas de filtre contre les mauvaises odeurs, les tablettes moins bien adaptées, pas de système de verrouillage, etc.)

Pour les plus gros modèle de style cellier, on va se tourner vers cette option pour  une plus longue période de conservation des bouteilles. Ce sont des articles plus coûteux, mais aussi souvent plus efficaces. En plus de contrôler la température, ces appareils, permettent s’assurer un taux d'humidité nécessaire pour conserver le vin plus longtemps.
Pour ma part, je ne ferais pas plus de 5 ans avec mes bouteilles de garde dans ce genre d’appareils. Le prix est aussi un pensez-y bien car certains modèle de grande capacité atteignent les 5000$.  Si vous êtes en appartement le type cellier est une bonne option ou si vous songez à déménager éventuellement, toutefois si vous êtes propriétaire et que vous avez de l’espace, une cave à vin n’est peut-être pas aussi hors de portée que vous le croyez.

La bouteille de collection
Un beau cadeau liquide
Enfin mon cadeau préféré reste toujours la surprise de recevoir une bonne bouteille destinée à rejoindre mes trésors du cellier.  Il est important de bien connaître la personne si vous souhaiter l’impressionner, c’est-à-dire son style de vin.  Est-ce un amateur des vins de Californie, de Bordeaux, de Bourgogne, etc.?  Est-ce un amateur de vin blanc ou de rouge?  Pour vous aider dans votre choix, je vous propose quelques-unes des bouteilles de longue garde que l’on retrouve au Nouveau-Brunswick dans quelques magasins d’ANBL.

Dans les rouges :
Banfi Brunello di Montalcino 2007   d’Italie à 59,99 $
Casa Lapostolle Clos Apalta 2008 du Chile  à 87,79 $
Antinori Tignanello 2009  d’Italie à 94,28 $
Château Bahans Haut Brion 2006 de Bordeaux en France à 108,28 $
Château Canon 2007 de France à 111.49 $ 
Beringer Private Reserve Cabernet 2008 de Californie à 112,99 $
Catena Zapata Argentino Malbec 2008 d’Argentine à 113.79
Sassicaia DOC 2009 d’Italie à 159.99 $
Clos de Vougeot Grand Cru 2007 de Bourgogne en France  à 180,49$    
Antinori Solaia IGT 2008 d’Italie à 208.49 $
Gaja Darmagi DOC 2006 de l’Italie à 228,29 $      
Antinori Solaia IGT 2008 d’Italie format 1.5 litre à 482.99 $
           
Dans les blancs et vins de Champagne:
Chardonnay Eileen Hardy d’Australie 2009            à 59,99$         
Le Clos Jordanne Le Grand Clos Chardonnay du Canada à 75.29 $
William Fèvre Les Clos Grand Cru   de France à 88,49 $
Champagne Henriot Brut Millésimé  2003 de France à 97,99 $      
Louis Latour Corton Charlemagne Grand Cru de France à 169,79 $         
Pol Roger Sir Winston Churchill Cuvée 1999 de France à 173.29 $
Gaja Gaia & Rey DOC 2009 d’Italie à 175.29 $
Louis Roederer Cristal Brut 2005 de France à 257.99 $     

Voilà pour mes petites suggestions, je ne sais pas si c’est pareil pour vous en lisant, mais ça donne soif d’écrire sur le sujet J

Joyeuses Fêtes à vous tous. 

mercredi 5 décembre 2012

Château Margaux : au rang de premier depuis 157 ans


La gorge un peu serrée, nous avons préparé nos bagages pour notre retour au Canada.  Notre séjour en France et dans le Bordelais tirait à sa fin.  Au programme de la journée, nous avons une seule visite et non la moindre, soit le Château Margaux.  Nous voulions également profiter de cette journée radieuse pour s’imprégner des charmes bucoliques de de cette superbe région.
 
Nous avons décidé de retourner manger dans ce chaleureux restaurant qu’est « Le Savoie» avant de boucler la boucle. Leur  carte des vins propose une magnifique sélection de l’appellation Margaux.  Nous opterons pour un verre du Château Labégorce 1998 que nous dégusterons tranquillement avec nos  magrets de canard.   Une courte visite pédestre dans la commune  nous amène à entrer à la Maison du Vin de Margaux.
Nous avons aussi déambulé devant les façades des Château Malescot-St-Exupéry,  Château Ferrière,  La Gurgue ainsi que Château Durfort-Vivens.  Par la suite, nous avons flâné dans quelques boutiques de cavistes dont la Cave d’Ulysse et la Cave Des Quatre Vents en admirant des bouteilles à faire rêver.  Nous regagnons notre voiture, et sur le coup de 13 heures, nous empruntons cette célèbre allée balisée d’arbres qui nous dirige vers cet icône du vin français.  Au fond de l’allée, nous apercevons le mythique Château derrière ses immenses grilles qui protègent son accès. Un fait à noter, les visiteurs ne sont pas admis à l’intérieur du château.
Le sublime Châteaux Margaux derrière le grillage

De l’influence anglaise vers celle d’un Grec

En attendant confortablement dans un petit salon de l’accueil du domaine,  nous admirons quelques photos qui garnissent les murs et le foyer.  C’est la responsable des relations publiques, Marie Guillard, qui va nous recevoir et nous guider avec un couple d’anglophones.   C’est donc en anglais que nous allons visiter ce fleuron du vin français.  Lors de cette visite, il était quand même assez surprenant d’apprendre que les Anglais y sont pour beaucoup dans le développement du commerce des vins de Bordeaux dans le monde.  

L’histoire de Margaux n’est  pas facile à résumer. Au  XIIème siècle, on connaissait le domaine sous le nom de « la Mothe de Margaux » mais il n’y avait pas encore de signe de vigne ici.  Il faudra attendre la famille de Lestonnac pour développer le domaine tel que nous le connaissons aujourd’hui.   Pierre de Lestonnac va restructurer complètement la propriété et va abandonner les cultures céréalières au profit de la vigne entre 1572 et 1582.   Pour en connaître une version davantage détaillée, je vous invite à consulter le site Internet du château : (http://www.chateau-margaux.com). 

Pour ce qui a trait à l’ère moderne, la famille Ginestet, officiellement propriétaire de Margaux depuis 1950, vendra le château à un homme d’affaires d’origine grecque, André Mentzelopoulos.  Ce dernier va rapidement redonner au Château Margaux son lustre de premier cru.  Il meurt en décembre 1980 et c’est sa fille Corinne qui prend alors la relève et qui assume ce rôle encore aujourd’hui.   Elle habite au château ponctuellement pour de grands événements comme le dévoilement des Primeurs, mais aussi durant la période des vendanges.  Sinon, elle habite Paris où elle dirige les finances de Margaux et son administration.
  
Des travaux dans l’air
Le charme des cuves de bois 

L’appellation Margaux s’étend du sud au nord sur cinq communes : Labarde, Cantenac, Arsac, Margaux et Soussans.  L'appellation possède le plus grand nombre de crus classés du Médoc avec vingt et un Châteaux. La commune de Margaux compte neuf crus, Cantenac en possède neuf, Labarde deux et Arsac n'a qu'un cru classé.  Déjà depuis le début de notre séjour, nous avons eu l’occasion de visiter cinq autres propriétés de grands crus classés de l’appellation.  Notre visite au Château Margaux s’est amorcée en allant faire un tour des bâtiments techniques.  Comme nous l’avons constaté lors de la visite de plusieurs propriétés du Médoc, les travaux de restauration font partie du décor et le Château Margaux n’y échappe pas.  Dans cette vague de rénovation,  les tables à dessin des architectes les plus réputés sont sollicités. 

Chez Margaux, c’est Norman Foster qui aura la mission de réaliser un nouveau chai de vendanges ainsi qu’une vinothèque souterraine. Les bâtiments des vignerons seront restructurés pour accommoder un accueil et une salle de dégustation pour le public.  On estime que le site sera davantage fonctionnel avec ces changements, notamment pour les vinifications et l’élevage des rouges et blancs dans un même endroit.  On est tout de même assez discret sur le sujet car pour le moment, on n’est pas en mesure de connaître les coûts de cette transformation.  Le Château Margaux porte fièrement son rang de Premier Cru Classé du Médoc depuis plus de 157 ans, un statut partagé avec seulement quatre propriétés.  Il ne devrait donc pas y avoir de demi-mesure pour faire honneur à sa réputation.  D’ailleurs, le Château lui-même est considéré comme l’un des plus beaux du Bordelais.  Il est érigé sur la propriété depuis 1810 grâce à l’architecte Émile Combes qui lui a donné son style néoclassique.

Les artisans du vin

La classe du chai d'un grand Château
Notre visite nous permettra de jeter un coup d’œil au cuvier du Château Margaux.  En fait, on a devant nous des cuves en bois, principalement pour la vinification des rouges, mais aussi huit cuves en inox.  Avec l’approche des vendanges, la préparation des cuves nécessite au moins quatre jours de travail, surtout pour celles en bois.   Nous aurons aussi l’occasion de visiter le chai à barriques qui s’illustre par son charme avec une quinzaine de colonnes majestueuses de couleur blanche qui séparent la salle.   Nous nous sommes ensuite dirigés vers un autre grand chai où se font habituellement les soutirages.  Durant ces deux années d’élevage en barriques, les vins rouges subissent en moyenne sept ou huit soutirages, à trois mois d’intervalle la première année, et à quatre mois la seconde.   Le choix des fûts de chêne revêt une grande importance pour tous les producteurs.  Fait particulier pour le Château Margaux, il possède sa propre tonnellerie.  On est en mesure d’assembler trois barriques quotidiennement, soit une production annuelle qui représente le tiers des besoins du château avec le travail d’Alain Nunes.  Pour la balance, on fait appel à environ cinq ou six grandes tonnelleries de Bordeaux et de Cognac.

Pour son premier Cru, le Château Margaux utilise une proportion de 100% de fûts neufs alors que pour son second vin, le Pavillon Rouge, on utilise 50% de fûts neufs et l’autre portion pour des fûts d’un seul vin. En 1983,  l’œnologue Paul Pontallier a rejoint l’équipe de Margaux et en assume la direction générale depuis le départ à la retraite de Philippe Barré.

Le terroir du Cabernet sauvignon

Le vignoble est dominé par le Cabernet sauvignon
Cette propriété fait  262 hectares dont 82 hectares de vignes rouges qui entourent le château.   Une parcelle d’environ 12 hectares est consacrée depuis plus de 100 ans au cépage Sauvignon blanc. Ces raisins servent à l’élaboration d’une petite quantité d’un vin blanc sec appelé le Pavillon Blanc du Château Margaux.   L’âge moyen des vignes est de 35ans et elles produisent en moyenne 336 000 bouteilles annuellement.  Le vignoble en rouge est dominé par le Cabernet sauvignon avec 75% de l’encépagement, suivi de Merlot à 20% et de petites quantités de Petit Verdot (3%) et de Cabernet franc (2%).  Il va s’en dire que durant les vendanges du blanc, une cinquantaine d’employés sont nécessaires alors que ce nombre augmente jusqu’à 250 personnes pour la récolte des cépages pour les rouges. 

Pour terminer notre visite, Madame Guillard nous dirige vers une salle pour la dégustation du millésime 2008 du Château Margaux et son second vin le Pavillon rouge.  Pour moi, il ne s’agissait pas d’une première expérience.  J’avais déjà eu le privilège de goûter à deux reprises au 1997 du grand vin, au Pavillon rouge 98 à deux ou trois reprises et au Château Margaux 1989.  Cette dernière expérience de dégustation figure d’ailleurs au 3e rang du palmarès de mes vins émotions dans mon livre Griffin 2012. 
Aujourd’hui, pas question de recracher le vin d’autant plus que c’est ma seule visite de la journée. 

Dégustation du Château Margaux 2008…

Le Château Margaux est un vin pour lequel vous devrez débourser quelque 600 dollars chez nous au Canada, dans des millésimes « ordinaires », comme le 2007.  À la Société des Alcools du Québec, un Château Margaux 2005 dépasse les 1000 dollars. Le 1949, considéré comme une référence par sa puissance et son potentiel de garde, est estimé à près de 3500 dollars au magasin Signature de la Société des Alcools du Québec.  Grande année ou pas, le plaisir de déguster un Premier Cru Classé du Médoc n’est jamais banal.  Le millésime 2008 du Château Margaux est appuyé par une structure à 87% de Cabernet sauvignon, tandis que le Merlot compte pour 10% de l'assemblage.  Le Merlot apporte une puissance, un gras et une chair que le Château Margaux n'avait pas dans le 2007, ni dans le 2006.   Le vin est plus classique qu’anticipé au départ.  C’est un vin en finesse, un nez charmeur et d’une puissance en bouche étonnante.  En gros, on y retrouve l’élégance, la richesse et la longueur des bons Margaux, le tout appuyé par des tannins « tricotés serrés ». 

… et du Pavillon rouge 2008

Après avoir dégusté le millésime 1998 à quelques reprises, j’avais hâte de découvrir un plus jeune Pavillon rouge.  Pour lui donner puissance et volume, le Merlot occupe davantage de place dans ce dernier, soit 26%,  comparativement au grand vin.  Le Cabernet sauvignon, lui, apporte finesse et subtilité.   Ce cépage représente 68% de la composition de l’assemblage, le Petit verdot 5% et le Cabernet franc un timide 1%.  Le résultat est très satisfaisant pour ce vin rouge produit depuis 1908, constituant ainsi l'un des plus anciens seconds vins connus.   C’est un beau rouge avec de la profondeur, développant de subtils arômes de cassis et de vanille.  Un rouge distingué, solide, mais aussi tout en délicatesse.
On dit souvent des vins de Margaux qu’ils sont les plus féminins des vins du Médoc. Ce Pavillon rouge donne un peu raison à cette affirmation.  

La fin d’un joyeux pèlerinage
Le millésime 2008 du Château Margaux et du second vin

Pour conclure cette série de textes, je dois vous confier que j’ai dégusté plus de grands crus classés dans les deux semaines de notre périple en France que dans l’ensemble des deux années consacrées à la publication de mon récent guide Griffin 2012.  Précisons toutefois que je m’étais consacré bien volontairement à écrire un livre sur les vins accessibles au Nouveau-Brunswick.  L’écriture de cette vingtaine de textes, que je termine aujourd’hui, est ni plus ni moins un retour du balancier pour rejoindre les adeptes de vins de Bordeaux.  J’espère que tous les amateurs passionnés des vins de ce terroir d’exception pourront vivre cette fabuleuse expérience que ce soit dans cette région ou toute autre région viticole.

mardi 4 décembre 2012

Quelques vins à découvrir pour finir 2012


Depuis le début novembre, j’ai eu la chance de prendre part à quelques soirées de dégustation. Je vous offre donc quelques suggestions pour préparer vos célébrations du mois de décembre surtout avec les différentes rencontres et « partys », qui meubleront vos soirées et sorties avant l’arrivée officielle de l’hiver.  Dans ces quelques suggestions, je vous propose des découvertes, mais aussi des vins déjà commentés par le biais de mes livres Griffin 2010 et 2012.  À votre santé !

Lors d'une dégustation des vins de Tariquet
Quelques vins rouges :

Moma Rubicone i.g.t. d’Italie à 19.29 $  (818276000170)
Le Liano, du célèbre producteur italien Umberto Cesari est un produit disponible au Nouveau-Brunswick déjà depuis quelques mois.  J’ai eu la chance de goûter ce vin d’abord au Québec ou sa popularité est déjà bien ancrée.  Lors de l’événement Expo Vins de Moncton, j’ai revisité ce vin avec grand plaisir. C’est un rouge déducteur avec sa trame aromatique et sa souplesse. Le nez est dominé par la framboise et son parfum de cèdre et vanille. Ses tannins étoffés et ses saveurs de fruits noirs mûrs marquent le palais.
On y trouve également une texture presque grasse.

Un vin à savourer avec un ragoût traditionnel de boulettes, une bonne lasagne ou encore de la pizza.

Cabernet-Sauvignon Woodbrige by Mondavi Californie 2011 à 12.99 $ (086003000094)
Ce Mondavi à la robe de couleur rubis est doté d’un nez assez puissant. Des parfums de prune et de confiture de cassis se démarquent en olfaction.  C’est un vin charmeur d’une acidité rafraîchissante et aux tannins charnus. 

À table on pourra l’accompagner d’une pizza à la viande traditionnelle au four, d’agneau  braisé accompagné d’une sauce aux fruits rouges ou de canard.

Dogajolo Carpineto Toscana i.g.t. 2011 À 19.79 $  (#8003015700530)
Un toscan d’une belle robe rouge cerise qui démontre une bonne intensité. Les fruits rouges mûrs, des épices douces et des notes de torréfaction marquent le nez de cet italien. L’acidité et des tannins bien enrobés apportent à ce rouge d’attrayantes propriétés pour les amateurs de vins de l’Italie. Un vin aux saveurs de bois dont la bouche se révèle en souplesse et d’une belle longueur.

Profitez-en avec des pâtes comme du macaroni, spaghetti sauce aux tomates, pizza traditionnelle au four toute garnie ou du veau grillé avec sauce moutarde.


Les Vignes de Bila-Haut -  Rhône – France  16.49 $ (3391181381130)
Ce vin du très connu producteur français Michel Chapoutier a décroché le 38 rang du classement du Top 100 du prestigieux magazine Wine Spectator le 19 novembre dernier. Un rouge au nez puissant qui laisse échapper des parfums de violette, de fruits noirs mûrs et d'épices. Un vin tout en fraîcheur et qui exprime du soleil en bouche avec son climat méditerranéen.  Des saveurs de fruits et particulièrement de mûre viennent caractériser la bouche avec des notes de torréfaction. Une finale très honorable pour un vin à ce prix.

À table on l’aimera avec de la viande rouge comme de l’agneau mijoté avec sauce au vin rouge, du bœuf grillé sauce au poivre ou du canard  (magret) grillé feront aussi bonne impression.

La vielle Ferme en rouge  à 13.99 $  (Cup : 631470000018)
Ce vin de la famille Perrin est un bel assemblage composé de grenache à près de la moitié du mélange avec des portions de syrah, carignan et cinsault. Un vin aux teintes rouge foncées et violacées. Ses arômes de fruits rouges, comme la framboise, se retrouvent aussi dans les saveurs gustatives. En bouche, un vin aux tannins souples qui pourra se boire seul ou avec pendant un repas. Un vin à servir entre 15 et 16°C.
Pâtés et terrines de gibier, il sera aussi agréable avec des saucissons ou de la viande de porc ou de veau.

Un vin italien à découvrir à moins de 20 $
Monte Antico  à 19.49 $  (Cup : 726452006307)
Le Monte Antico a été primé par le Wine Spectator dans son top 100 en 2009 avec le millésime 2006. Ce vin de Toscane possède des arômes invitant de cerises mûres avec une touche d’épices, de cuir, de réglisse et de prune. Le vin est riche et d’une acidité vive en bouche.  Sa texture délicieusement veloutée est soutenue par l’expression gustative de fruits rouges, de saveurs de vanille et quelques notes de violettes. Le vin est enrobé de tanins charnus et l’ensemble démontre somme toute un équilibre harmonieux.
Un vin à servir de 16 à 18º C qui pourra se conserver de 6 à 7 ans selon le millésime.

Ce rouge de la province de Pise a un penchant naturel pour les mariages avec les viandes rouges. On pourra l’associer à des plats de la cuisine italienne ayant une base de sauce tomate et certains fromages comme le parmesan, le gorgonzola ou le camembert.

Torres Ibericos à 18.99 $  (Cup : 8410113003904)
Un vin d’Espagne qui s’exprime en chaleur avec sa couleur rouge cerise foncée. Le nez exprime des parfums de fruits noirs mûrs et d’arômes épicés (cacao et muscade) ce qui témoigne d’un passage en fût de bois. Des tannins fins appuyés d’une texture soyeuse caractérisent ce vin de la prestigieuse maison Torres dont la finale est longue et savoureuse avec sa touche de saveurs épicées. 

Un rouge à consommer avec une grande variété de plats de viandes, y compris des rôtis et du gibier.

Quelques vins blancs :

Sauvignon blanc Domaine de Tariquet 2011 à 16.99$  (3359880123314)
L’année 2012 marque le 100e anniversaire du Château de Tariquet. C’est la famille Grassa qui redonnera vie à ce domaine du Sud-Ouest de la France d’abord initié par les Artaud.  Profitant d’un marché balbutiant en 1982, les Grassa se lancent dans les vins blancs. Aujourd’hui, Tariquet produit des vins toujours caractérisés par une incroyable fraîcheur. Ce sauvignon blanc d’un doux jaune pâle dégage des notes relativement intenses d’herbe fraîchement coupée, mais également d’effluves de pamplemousses roses et d’une touche minérale. Ce blanc envoute le palais par son agréable vivacité et ses saveurs acidulées. Ce vin sera à son mieux à une température de service de 8 à 10 Celsius et pourra se conserver de 3 à 4 ans suivant son millésime, même s’il est plus agréable de le boire dans sa jeunesse. 

On pourra apprécier en apéritif ou encore avec certains fromages de type chèvre. Pour ma part, c’est un délice assuré avec des huîtres ou encore avec certains fruits de mer, poissons et poulet. Pour accompagner une pizza aux fruits de mer au four, c’est également un choix judicieux.

Un pur plaisir de la Nouvelle-Zélande
Oyster Bay Sauvignon blanc, Marlborough à 21.99$  (9415549802601)
L’excellence des sauvignons blancs de Nouvelle-Zélande est de plus en plus reconnue à l’échelle planétaire.   Un vin sec, pas trop fort en alcool et qui arbore une robe jaune paille pâle. Le plaisir olfactif est associé à des arômes puissants de citron et d’asperge.  Du pur plaisir pour la bouche avec ce vin nerveux, au fruité vif et croquant dont les saveurs d’agrumes et de gazon fraichement coupé lui confèrent du charme à revendre.  
Servir à une température de 8 à 10º C.   Un vin à boire dans sa jeunesse, mais qui pourra se conserver environ 3 ans suivant le millésime.
Ce sauvignon blanc est né pour s’harmoniser avec les fruits de mer de notre terroir des Maritimes. Des huitres, des moules et des crevettes grillées feront donc de beaux accords autour d’une table. On pourra aussi l’apprécier avec du calmar, des sushis ou quelques salades estivales.  


Grant Burge GB19 Sémillon Sauvignon à 17.79 $ (9315705012502) 
L'édition 2010 de ce mélange de Sémillon et Sauvignon blanc démontre une belle couleur jaune citron avec des reflets verts, ce qui témoigne de sa jeunesse. Ce vin est frais et vif avec des arômes de fruits tropicaux, de goyaves, des notes florales et herbacées. La bouche est savoureuse et expressive par ses fruits généreux ponctués d’une acidité vive. Le GB19 est conçu pour être bu dans sa jeunesse.

Un vin idéal pour la période estivale et qui est bien adaptée aux fruits de mer et mets épicés de la cuisine asiatique.

Dr Loosen Riesling à 15.99 $  (Cup : 183103000013)
Un riesling demi-sec au corps léger et fruité qui exprime le style typique des vins blancs de la région magnifique de la Moselle que j’ai visitée en 1994. Un vin marqué d’une robe d’un jaune-vert clair et au nez plutôt fin avec des notes de fleurs, de pomme verte, de pêche et à la minéralité bien dosée. Fraicheur et vivacité sont au rendez-vous en bouche, avec ce riesling facile d’approche aux saveurs de pommes et à la texture ample dont la finale est somme toute persistante. Un riesling qu’il faudra savourer à une température de service autour de 10º C ayant un potentiel de garde de près de 8 ans.

Le compagnon par excellence des repas de homard ou de crabe lorsque ces beaux crustacés sont disponibles au printemps. C’est aussi un vin qui pourra accompagner vos sushis ou un petit délice de sole frite.


Cave Spring Niagara Riesling à 17.29 $   (Cup : 779334345834)
 Lors de mon séjour dans la Péninsule du Niagara à l’été 2009, je me suis rendu à la boutique de ce producteur.  Ce vin que j’ai présenté à plusieurs occasions dans mes séminaires sur les vins canadiens démontre son charme à tous les niveaux. Les pommes vertes, la pêche blanche, la lime et une minéralité caractéristique s’imposent dans la trame aromatique du vin. En bouche, un riesling sec et aux saveurs juteuses de pomme, de pamplemousse et dont l’acidité se fond à une minéralité délicate qui exalte le palais. Un vin harmonieux qui démontre le sérieux que l’on retrouve de plus en plus dans notre industrie viticole canadienne.
Servir à une température de 10 à 12º C. Un vin à boire maintenant, mais qui pourra se garder environ 4 ou 5 ans suivant l’année du millésime.

Pour partager vos sushis entre amis, ce riesling de la région de Jordan en Ontario est un excellent choix. Il fera également un compagnon de choix avec les fruits de mer, dont un mariage sublime avec vos huitres.