vendredi 29 juin 2012

Des vins canadiens pour célébrer le 1er juillet


Les personnes plus âgées savent que le 1er juillet était jadis connu comme étant la fête du Dominion.  Depuis le 27 octobre 1982, le 1er juillet,  devint officiellement la « fête du Canada ».  Pour faire un peu d’histoire, c’est le 20 juin 1868, qu’une proclamation signée par le gouverneur général, lord Monck, enjoignait à tous les sujets de Sa Majesté, partout au Canada, de célébrer ensemble, le 1er juillet, jour anniversaire de l'union des provinces en une fédération appelée Canada, en vertu de l'Acte de l'Amérique du Nord britannique.

Une loi fédérale de 1879 fit du 1er juillet un jour férié sous la désignation de « jour anniversaire de la Confédération » plus tard connu sous le nom de fête du Dominion.

Le Guide Griffin 2012 et les vins du Canada
Peu importe votre niveau de fierté canadienne, le 1er juillet est un moment propice pour profiter de l’occasion à titre d’amateur de vin afin de promouvoir les vins de notre pays.
Dans le Guide Griffin 2012, j’ai consacré un chapitre en Hommage aux vignobles et vins du Canada (pages 124 à 152). J’en ai profité pour mettre en valeur 25 vignobles que j’ai appréciés lors de mes visites à plus d’une centaine d’établissements viticoles au Canada.    La palme de ce palmarès est partagée par douze vignobles de la Vallée de l’Okanagan, dix de la Péninsule du Niagara, deux en Nouvelle-Écosse et un au Québec.

Les gens, l’environnement, l’architecture et les vins ont façonné mes choix concernant ce palmarès de mes visites préférées.  Avec la campagne Free My Grapes pour l’adoption du Bill C-311 à Ottawa, mon souhait le plus profond est d’être en mesure de pouvoir commander du vin de nos producteurs canadiens en toute légalité. 

Buvons du vin Fait au Canada le 1er juillet
Mon guide Griffin 2012 propose plus d’une vingtaine de produits disponibles sur les tablettes d’Alcool Nouveau-Brunswick.

Mon top 5 pour la fête du Canada est le suivant :
1-Osoyoos Larose – Okanagan - Prix: $46.79
2-Cave Spring Niagara Riesling – Niagara – Prix : $17.29
3-Jackson Triggs Reserve Okanagan Cabernet Sauvignon - Okanagan  - Prix : $18.99
4-Henry of Pelham Baco Noir - Niagara -  Prix : $16.99
5-Wayne Gretzky Estates UnOaked Chardonnay - Niagara  Prix : $16.99


Ces vins se retrouvent dans mon guide Griffin 2012, alors profitez-en pour boire des produits de nos producteurs.  Qui sait, tout comme moi vous aurez peut être le coup de foudre pour de belles canadiennes, je parle évidemment de bouteilles…

mercredi 27 juin 2012

Festivals, saumons et vins


Du 27 juin au 2 juillet, la Ville de Campbellton en Acadie présente son Festival du Saumon, un événement dans le Restigouche qui en est à sa 45e édition en 2012.  Capitale Mondiale du saumon de l'Atlantique, la Ville de Campbellton a symbolisé ce titre par un saumon géant en acier inoxydable d’une hauteur de 8.5 mètres, situé sur le secteur riverain de la ville et surnommé Restigouche Sam.  Le titre de capitale mondiale du saumon (du Pacifique celui-ci) est aussi revendiqué par la communauté de Port Alberni en Colombie-Britannique, qui présentera la 41e édition de son Festival du Saumon en septembre 2012.
Le saumon de la Restigouche

Au nord de l’Orient en France, il y aussi un autre festival du saumon dans la commune de Pont Scorff qui se déroulera du 5 au 8 juillet prochain pour sa 18e édition.  

Une industrie en croissance au Nouveau-Brunswick :
Chez nous au Nouveau-Brunswick il existe deux rivières de renom pour la pêche au saumon,  soit la Miramichi et la Restigouche.   C’est d’ailleurs une industrie très lucrative pour plusieurs communautés sur le plan touristique.  Par ailleurs l’élevage de salmonidés a débuté en 1978 sur un seul site commercial, et il se pratique actuellement dans plus de 90 sites. La salmoniculture représente actuellement la denrée alimentaire unique la plus importante au NouveauBrunswick en termes de valeur des ventes, qui était estimée à 192 millions de dollars en 2008.

La ville de St. George est considérée comme le berceau de l’industrie, mais les îles Deer, Campobello et Grand Manan ont aussi profité de la salmoniculture. Parmi les douze plus grands pays producteurs de saumon, le Canada se classe au quatrième rang derrière la Norvège, le Chili et l’Écosse. Le NouveauBrunswick représente environ 40 p. 100 de toute la production canadienne de saumon. Environ 60 p. 100 des saumons produits au NouveauBrunswick sont exportés dans le nord des ÉtatsUnis. Le saumon est si important dans le quotidien des résidents de notre province qu’il y a même un Musée consacré au roi de nos rivières à Doaktown au sud-ouest de la Cité de Miramichi.

La valeur nutritive du saumon :
Comme la plupart des poissons, le saumon est une bonne source de protéines de haute qualité. Ce poisson  à chair grasse est meilleur pour la santé lorsque l’on applique une cuisson à la vapeur, poché ou en papillote.  D’ailleurs il faut être vigilant car la teneur en gras des saumons peut passer de 2 % à 20 % en fonction des différentes périodes de l’année. Le saumon est  réputé pour être une très bonne source d’acides gras oméga-3, de vitamines A et B12.  C’est aussi un poisson avec une bonne source de potassium, calcium et phosphore. Enfin il est aussi prudent de consommer le saumon fumé avec précaution car cette façon est plus riche en sel.
L'expérience de la pêche et du vin sur la Restigouche

Parlons du vin :
Dans mon guide Griffin 2012, je suggère au moins une cinquantaine de vins différents pour s’harmoniser avec vos repas avec du saumon.  Que ce soit avec un rouge, un blanc ou même un mousseux, il y a surement un vin à votre goût pour accompagner votre repas.  Si vous n’avez pas encore ce guide n’hésitez pas à vous le procurer dans l’un des points de ventes au Nouveau-Brunswick tel que suggéré sur mon blogue. Le Guide Griffin 2012 est doté d’un répertoire de plus de 1000 accords mets et vins.  Il est également possible de commander ce livre directement sur mon blogue en utilisant le paiement via PayPal.  

Parlons maintenant de quelques bons accords. Pour ceux qui possèdent mon guide,  je vous offre une aide supplémentaire en vous indiquant des pages de mon guide en parenthèse ou vous y retrouvez des vins proposés en fonction de la cuisson ou la façon d’apprêter le saumon tel que suggéré ici-bas.


Saumon grillé :
Pinot Noir de Californie ou Nouvelle-Zélande  (p. 183, p. 239 et 272)
Chardonnay de Mendoza, de Californie ou Vallée de Rappel (p.70)
Chenin Blanc d’Afrique du Sud (p. 55)
Cava Brut d’Espagne  (p.308)

Darnes de saumon grillé avec sauce hollandaise
Sauvignon blanc de Nouvelle-Zélande (p.89 et p.102)
Chardonnay de Californie 
Sauvignon blanc d’Afrique du Sud
Chardonnay du Canada  (Niagara ou Okanagan)

Saumon fumé :
Riesling d’Alsace   
Chablis de Bourgogne  (p.121)
Entre deux Mer de Bordeaux
Pouilly Fumé de Loire
Champagne  (p. 314)

Saumon à l’aneth
Sancerre de Loire (p.120)
Vin blanc sec de Bordeaux    (p.93)
Riesling d’Alsace  (p.90)
Fumé blanc de Californie 
Sauvignon/Sémillon de Western Australie  

Tartare de saumon :
Gruner Vertliner Weinviertel d’Autriche
Pinot Blanc de l’Okanagan
Chardonnay de Yarra Valley en Australie
Riesling de l’Okanagan   (p.109)


Références :

Site web Festival du saumon de Campbellton: http://salmon-festival.com/fr/
Site web du Festival du saumon de Port Alberni : http://www.salmonfest.ca/
Site web du Festival du saumon de Pont Scorff : http://www.festivalsaumon.fr/
Gouvernement du Nouveau-Brunswick : http://www.gnb.ca/0027/Aqu/finfish-f.asp
Atlantic Salmon Museum : http://www.atlanticsalmonmuseum.com/

samedi 23 juin 2012

Des histoires de bières pour tous les styles


Difficile de regarder un match de hockey durant la saison régulière sans que l’on soit interpellé par une publicité de bière.  Bien que les femmes consomment des types de bières un peu moins alcoolisées, il faut se rendre à l’évidence que la cible est majoritairement masculine.   Le Canada compte parmi les 15 principaux marchés de la bière internationaux et parmi les 10 plus importants pays exportateurs de bière. L’exportation compte pour environ 17 % de la production de bière canadienne.  La bière est un marché de 14 milliards de dollars dans l’économie canadienne.  La production, la mise en marché, la distribution et la vente de bières canadiennes sont à l’origine de quelque 205 000 emplois à l’échelle du pays.   Le Canada fournit environ 30 p. 100 de l'orge brassicole utilisé dans le monde.

Histoire de la bière au Canada
Le premier brasseur du Canada a été le frère Ambroise, un Jésuite, qui a commencé à fabriquer de la bière en 1646. Quelques années plus tard, Jean Talon, le grand intendant, fondait la première brasserie commerciale du Canada dans le but de réduire la dépendance de sa colonie envers le brandy importé.

L’histoire d’un grand nombre des brasseries actuelles remonte à de nombreuses années et elle est remplie de personnages colorés. Entre 1786 et 1867, les brasseries Molson, Alexander Keith, Sleeman, Carling, Labatt, Oland et Moosehead ouvrent leurs portes.


Chez nous dans les Maritimes
C’est en 1865 que Susannah Oland traverse de l’Angleterre à la Nouvelle-Écosse, avec sa famille. Elle a dans ses bagages la recette d’une délectable ale brune d’octobre. À partir de l’humble brasserie de Susannah, la bière de la famille Oland devient la bière des familles d’Halifax. Avec son mari John et neuf employés, elle fonde alors son entreprise : The Army and Navy Brewery.  Après le décès de Madame Oland en 1886, ses fils John, Conrad et George poursuivent la tradition. Ils entraînent la compagnie dans le vingtième siècle sous le nom de la Maritime Brewing & Malting Co.

En 1917, avec l’explosion du port d’Halifax, toute la ville est détruite, y compris la brasserie Oland. Conrad est tué et son frère John blessé. L’année suivante George Oland déménage au Nouveau-Brunswick. L’indemnité d’assurance lui permet alors d’acheter une autre brasserie et de revenir en force. C’est en 1931 que naît le fameux orignal emblématique de Moosehead alors que George Oland lance la Moosehead Pale Ale. Une nouvelle bière va également naître dans la famille Oland en 1937 soit la Alpine Lager. Enfin en 1947, la Moosehead Pale Ale connaît un tel succès que la famille Oland transforme une dernière fois le nom de sa brasserie en lui donnant le nom si familier de Moosehead Breweries Limited.  Depuis 1992 , les barrières commerciales interprovinciales qui empêchaient les bières Moosehead de voyager librement au Canada sont finalement levées.  Pour plus de détails sur l’histoire complète de cette brasserie vous pouvez consulter la chronologie complète sur le site de Moosehead.

Quel est votre type de bière?
Dans le but de vous guider davantage sur les différents types de bières, j’ai trouvé de l’information sur le site officiel des brasseurs du Canada.  J’ai ajouté quelques exemples des marques de bières que l’on retrouve le plus souvent sur les tablettes au Nouveau-Brunswick et au Québec.

Lager
Une lager est habituellement une bière blonde, vive, sèche et rafraîchissante. Elle est fermentée beaucoup plus longtemps et à une température plus basse que les ales.

Quelques marques : Canadian, Molson Dry, Molson ultra,  Black Label,  Bohemian, Corona, Heineken,  Foster’s lager, Alpine Lager,  Moosehead Lager,  Moosehead Premium Dry, Labatt Bleue, Budweiser, Keystone, Old Milwaukee, Oland Schooner Lager, Molson M,  Kokanee

Pilsener
En 1842, des brasseurs tchécoslovaques ont créé un nouveau type de lager, la pilsener. Les pilseners ont la couleur dorée bien connue et un goût prononcé de houblon. La pilsener est une version à fermentation basse de la lager.

Quelques marques : Old style Pilsner, Labatt Blue Pilsener,

Ale
Dans les ales, vous trouverez des bières beaucoup plus aromatisées qui peuvent avoir de fortes personnalités individuelles. Un grand nombre d’entre elles auront les caractéristiques de bières fruitées, de bières à base d’herbes et de bières épicées. Les ales sont fabriquées à partir d’une levure à fermentation haute qui n’a pas besoin de réfrigération, contrairement aux autres levures.

Quelques marques : Molson Export, Rickard’s red,  Moosehead Pale Ale, Clancy's Amber Ale,  La Maudite,  La Fin du Monde, La Gaillarde,  La Raftman (aux malt de whisky),  Labatt 50, Alexander Keith's Red Amber Ale,  Sleeman Cream Ale,


Ale blonde
Chose surprenante, la couleur des ales blondes peut aller du doré à l’ambre foncé. On les a nommées ainsi parce qu’elles étaient beaucoup plus pâles que les porters et les stouts foncés qui les ont précédées. Les ales blondes sont habituellement plus houblonnées et légèrement gazéifiées. Les ales blondes sont des bières robustes que l’on peut savourer avec des mets très épicés.

Quelques marques : La Blonde de Chambly,  La Quatre-Centième,  La Don de Dieu, Picaroons Blonde Ale


Porters et stouts
Secs ou sucrés, aromatisés à l’aide d’orge de brasserie torréfiée, d’avoine ou de certains sucres, les stouts et les porters sont caractérisés par leur couleur foncée et leur riche arôme de malt torréfié.  Le porter est une ale brassée à l’aide d’un mélange spécial de malts, de façon à créer une boisson dont la saveur, l’arôme et la couleur sont plus forts. Pour compléter cette saveur plus forte, les porters ont en général un goût plus prononcé en bouche et sont un peu plus sucrés.  Les stouts utilisent souvent une portion d’orge torréfiée non maltée, ce qui leur donne une apparence foncée, un caractère légèrement astringent, semblable au café. Le stout présente une riche mousse crémeuse et ressemble au porter foncé, mais il est habituellement moins sucré au goût et beaucoup plus houblonné.

Quelques marques : Sleeman Fine porter, Propeller London Style Porter, Picaroons Mans Best Friend. 

Bière blanche
Les bières blanches ont souvent une apparence laiteuse et pâle non filtrée en raison du type de levures utilisées. Comme on emploie diverses épices dans le processus brassicole, les bières blanches présentent un vaste éventail d’arômes. Comme son nom l’indique, une forte proportion de blé et d’orge maltée entre dans la fabrication de la bière blanche. La bière blanche et la weissbier sont les types les plus courants.

Quelques marques : Blanche de Chambly, Alexander Keith's Premium white.


Bière légère et extra-légère
Les bières légères et extra légères sont brassées de façon semblable aux ales et aux lagers, mais présentent une teneur moindre en alcool et contiennent en général moins de calories. Au Canada, une bière légère contient de 2,6 à 4 % d’alcool par volume, et une bière extra légère en contient moins de 2,5.

Quelques bières : Coors light,  Alpine Light, Moosehead Light, Cracked Canoe, Bud light, Alexander Keith's Ale Légère, James Ready Light et Sleeman Light.

Bière aux fruits/légumes/épices
Ces dernières années, les brasseurs ont fait preuve d’innovation en ajoutant des arômes de fruits et de légumes et, dans de nombreux cas, de véritables fruits ou légumes au processus brassicole afin de créer une vaste variété de nouvelles bières. Bien que la plupart des bières fruitées soient des ales, elles ne présentent habituellement pas le caractère d’une ale. Pour permettre à l’arôme fruité de bien ressortir, l’arôme du malt n’est pas dominant et la bière possède une légère amertume.

Quelques marques : Moose Light Lime,  Éphémère Pomme, Pump House Blueberry Ale

Bière non alcoolisée
Dans la plupart des provinces, une bière dont la teneur en alcool est inférieure à 0.5 % par volume est considérée une boisson non alcoolisée. Pour fabriquer ce genre de boisson, un brasseur peut soit employer un cycle de fermentation très court, soit produire une bière régulière puis enlever une partie ou la totalité de l’alcool.


Sources;

Agriculture Canada

Liste des marques de bières du monde

Servir la bière parfaite

Le site des brasseurs du Canada

Molson Coors

Moosehead Breweries

vendredi 22 juin 2012

La bière a toujours sa place dans le coeur des canadiens


Amateur de vin depuis plusieurs années, je ne suis toutefois pas du genre à boire de gros vins rouges lourds durant la période estivale.  À la rigueur, je vais me laisser aller pour un verre de vin rosé ou pour un bon blanc frais, surtout pour un repas avec nos savoureux fruits de mer des Maritimes.

Comme plusieurs personnes je bois aussi de la bière.  Mes années collégiales étaient peut être un peu plus orientées vers la quantité que la qualité.  Avec un peu plus de sagesse, j’ai opté pour la modération.  Bien que je sois perçu comme un adepte des plaisirs de la vigne, je suis encore capable de boire une bonne bière froide surtout par une belle journée d’été sur le bord de la piscine ou avec des amis à la plage ou en bateau. 

La bière en chiffres
Les canadiens et canadiennes aiment la bière.  Selon une étude de Kirin Holdings, le Canada est au 20e rang au niveau mondial avec une consommation de 68.3 litres en moyenne par habitant par année.  Les tchèques, les irlandais et les allemands sont les champions mondiaux avec plus respectivement 156, 131 et 115 litres par habitant annuellement.

La bière demeure la boisson alcoolisée la plus populaire au pays, mais il y a un recul alors que le marché du vin progresse. Selon Statistique Canada, en 2000, la part de marché de la bière représentait 52 % en valeur monétaire, comparativement à 23 % pour le vin. En 2010, la part de marché de la bière était passée à 46 %, tandis que celle du vin avait atteint 29 %.  Au cours de l'exercice se terminant le 31 mars 2010, les magasins de bières et d'alcool et leurs agents ont vendu pour 9,2 milliards de dollars de bières, en hausse de 3,8 % par rapport à l'année précédente.  

Les établissements vinicoles ainsi que les régies des alcools et leurs agents ont vendu pour 5,8 milliards de dollars de vin au cours de l'exercice se terminant le 31 mars 2010, en hausse de 3,1 % par rapport à l'année précédente.

Les bières importées gagnent du terrain :

Un autre phénomène assez significatif dans l’art de la dégustation, c’est que les gens veulent découvrir de nouvelles choses.  La dégustation de bière comme celle du vin gagne en popularité et les consommateurs achètent de plus en plus de bières importées.

L'augmentation du volume des ventes de bières importées a continué à dépasser celle observée pour les marques canadiennes. En 2010, le volume des ventes de bières importées a augmenté de 7,8 %, tandis que celui des ventes de marques canadiennes a connu une hausse de 0,4 %.

En 2010, la bière importée représentait 14 % du marché de la bière au Canada, soit le double de sa part de marché de 7 % enregistrée en 2000.

De toutes les bières importées vendues au Canada, 24 % provenaient des États-Unis, 20 %, du Mexique et 17 %, des Pays-Bas.  En 2003 c’est le Mexique qui était au premier rang avec 23,9% du marché des bières importées vendues au Canada. Les américains étaient 3e avec 17,2%.  Plus d’une soixantaine de pays importe de la bière chez nous au Canada.

Êtes-vous un type Ale, Lager, Pilsner ou Stout lorsque vous buvez de la bière? Dans mon prochain article, nous parlerons justement de dégustation, de types de bières et un peu d’histoire des grandes brasseries de chez nous.

Sources :

mardi 19 juin 2012

Twitter: 5 comptes influents du vin dans la francophonie canadienne


À l’échelle mondiale, les noms de Jancis Robinson, Robert Parker, Oz Clark, James Suckling et Gary Vaynerchuk ‏ imposent une certaine notoriété lorsque l’on fait référence à des experts dans le monde du vin.  Plusieurs amateurs suivent ces «gourous» du monde viticole, afin d’orienter leurs achats de vins.  Dans la francophonie canadienne, nous avons aussi d’excellentes références.  Plusieurs de ces connaisseurs (hommes et femmes) utilisent les nouvelles technologies pour communiquer de l’information pertinente sur le monde du vin. 

Étant donné que j’ai limité ma chronique aux personnalités du monde du vin francophone sur Twitter,  cela ne tient donc pas compte des pages sur Facebook, blogues, ou sites web des principales références francophones au Canada.   Le but est de vous partager la liste de mes « gazouilleurs » de prédilection.

Bien que mon propre blogue Le Tire-bouchon Griffin existe depuis novembre 2006,  je n’ai pas été le plus rapide à utiliser mon compte Twitter (juin 2009) en comparaison avec Facebook (mai 2007).   Fondé par Jack Dorsey en 2006 et lancé en juillet de la même année, le site Twitter a aujourd’hui plus de 500 millions d’utilisateurs.  Voici donc mon top 5 :

1-François Chartier - @papillesetM : 
C’est le seul Canadien à avoir remporté à Paris le prestigieux Grand Prix Sopexa International couronnant le meilleur sommelier au monde en vins et spiritueux de France (1994).  Monsieur Chartier mène au Québec une carrière d’auteur et de communicateur spécialisé tant à la télévision qu’à la radio, tout en poursuivant à plein temps ses recherches harmoniques en harmonies et sommellerie moléculaires.  Depuis 1996, il le best-seller annuel LA SÉLECTION CHARTIER qui se veut un guide d’achats des vins et d’harmonisations avec les mets. Il a aussi publié un livre en juin 2009 sur ses premiers résultats dans le cadre de ses recherches scientifiques en « harmonies et sommellerie moléculaires » dans un ouvrage qui s’intitule Papilles et Molécules  – La science aromatique des aliments et des vins.  Par la suite, en compagnie de son complice et cuisinier Stéphane Modat, il offre une nouvelle collection, Papilles pour tous!, déclinée en quatre saisons soit Cuisine aromatique d’automne, d’hiver, de printemps et d’été.
Chaque ouvrage offre plus ou moins 200 recettes.  Avec plus de 5000 abonnés à ses tweets, il alimente régulièrement son compte


2-Rémy Charest - @RemyCharest :
Peut être moins connu qu’un François Chartier, il est quand même très actif sur Twitter.  Il écrit depuis plusieurs années dans le domaine du vin et de la gastronomie, pour divers magazines et journaux.  Après trois ans comme chef de pupitre puis responsable de la section des Arts au  Soleil, le principal quotidien de Québec, il est retourné à la pige et en a profité pour s’initier à l’œnologie au vignoble Closson Chase, en Ontario. Depuis, il collabore notamment aux revues Cellier, Coup de Pouce et Châtelaine, dans le domaine du vin et de la gastronomie.

Bilingue, il tient aussi un blogue anglais sur le vin, The Wine Case, qui ne recoupe pas beaucoup celui-ci, et un blogue bouffe anglais intitulé The Food Case, qui a en retour donné naissance au blogue français À chacun sa fourchette.  Il a anime un autre blogue intitulé À chacun sa bouteille et collabore également au Magazine anglophone Wine Access sur la scène canadienne du vin.   Plus de 6000 abonnés suivent son compte Twitter.

3-Mathieu Turbide - @MathieuTurbide :
Journaliste et directeur des contenus du Journal de Montréal et de Québec. Il a craqué pour le monde du vin à l’âge de 19 ans, au hasard d’un voyage dans le Bordelais en plein mois de septembre. Revenu au Québec, il a voulu joindre sa passion du journalisme avec celle du vin en écrivant, depuis 1994, des chroniques sur le vin pour diverses publications (Le Droit, 7 Jours, Moi & Cie). Il organise et anime aussi des dégustations de vin entre amis (Les Méchants Raisins), puis avec des amateurs dans des restaurants. Depuis  2006,
Il anime les pages d’un blogue intitulé Méchant raisin. 

Avec plus de 2500 abonnés à son compte Twitter, notre Méchant raisin attire les regards des amateurs de vin sur la toile francophone canadienne.  Attention, Mathieu a maintenant de nouveaux raisins à ses côtés soit Claude Langlois et Patrick Désy.

4-Aurélia Filion - @aureliafilion :
Sa devise : Changer le monde... une bouteille à la fois / Change the world... one bottle at a time!  Aurélia Filion est le jolie animatrice des capsules «Bu sur le web» et membre du trio qui gère l'agence d'importation de vins Oenopole.  Le compte Twitter d’Aurélia est suivit par plus de 1877 abonnés.   


5-Hélène Dion - @buvezentous :
Sommelière, chroniqueure vin et aussi directrice des communications de l'Association Canadienne des Sommeliers professionnels. Elle collabore à des articles dans les médias suivants : Magazine Le Potaufeu, Le Guide Avenue Mont-Royal, Le Guide Plaza St-Hubert et Le Courrier de Saint-Hyacinthe.  Elle participe aussi à des textes dans certains médias électroniques comme vinivino.com et vins-france.ca
 Près de 1600 abonnés suivent Madame Dion.


Quelques mentions honorables :

Guy-Jacques Langevin - @guyjacques :
Un passionné du vin, co-fondateur du site Vinivino.  Guy-Jacques Langevin est suivit par plus de 7300 abonnés et lui-même est adepte de plus de 7200 twitteux.  Bref,  c’est un gars bien branché et qui partage ses bons conseils vineux via l’Internet.  Le compte officiel de Vinivino sur Twitter est suivit par 325 adeptes.

Jessica Harnois - @jessicaharnois :
Sommelière, animatrice & présidente de l'Association Canadienne des Sommeliers Professionnels.  Madame Harnois possède plus de 1043 abonnés sur Twitter.  C’est certainement une figure montante à surveiller sur Twitter.   

Nadia Fournier - @NadiaFournier :
Elle est avec Michel Phaneuf, coauteur du Guide du vin depuis 2009. Elle parcourt le monde afin de découvrir les trésors des meilleurs vignobles, participe à des centaines de dégustations chaque année. En 2013, elle deviendra l'auteur principal du Guide du vin Phaneuf.  Elle possède 742 abonnés sur Twitter

Marc André Gagnon - @vinquebec :
Rédacteur en chef de Vin Québec, après une carrière de 30 ans comme reporteur, chef de pupitre et webmestre à la salle des nouvelles de Radio-Canada à Ottawa, Marc André est journaliste indépendant spécialisé dans le vin et membre de la Fédération internationale des journalistes et écrivains des vins et des spiritueux.  Il veille sur Vin Québec, un magazine d’information sur les vins disponibles au Québec.  Son compte Twitter dépasse les 600 abonnés. 

Alain Lebel - @Milesim :
Journaliste spécialisé en vin et rédacteur en chef du Grand Guide des vins, Monsieur Lebel est bien connu par le biais du site Les Fidèles de Bacchus.  Ce projet est beaucoup plus qu'un site Web.  L'idée principale et directrice est de constituer le réseau de passionnés de vins le plus vaste possible, qui incluraient tous ceux qui de près ou de loin ont une relation ou un intérêt envers les vins, et de mettre en place des outils de communication performants afin de communiquer avec eux sur une base régulière et variée.  Il y a déjà plus de 56 000 abonnées au Québec seulement.  Son compte Twitter dépasse environs 500 abonnés.

Fred Fortin - @Fred_Fortin : 
Blogueur et animateur de communauté pour @SAQCellier, il est associé au monopole de la SAQ.  Il a plus de 736 abonnés à son compte Twitter.

Marc Chapleau @marcchapleau:
Rédacteur en chef du magazine CELLIER, chroniqueur d'expérience ayant tâté de pratiquement tous les médias, Marc Chapleau a également publié quatre ouvrages, tous liés à sa passion  Monsieur Chapleau est suivit par plus de 341 abonnés sur Twitter.

Véronique Rivest @veroniquerivest:
Véronique Rivest est sommelière et chroniqueuse vin au journal Le Droit et à la radio de Radio Canada à Ottawa. Elle écrit aussi pour plusieurs magazines et participe à de nombreuses émissions à la télévision et à la radio. Véronique a remporté le titre de meilleure sommelière du Canada en 2006, et a représenté le Canada au Concours du Meilleur Sommelier du Monde.  Elle a été nommée Femme du Vin 2007 à Paris.
Malgré le fait qu’elle possède un compte sur Twitter, cette sommelière de renom n’a pas alimentée son compte depuis 2009,  mais elle possède quand même 237 abonnés.

Ronald Georges-@millesime
Chroniqueur de Radio-Canada avec Millésime le blogue vin de la société d’état, il offre des commentaires de dégustation, des suggestions, des conseils ainsi que des portraits d’artisans.  Il possède plus de 400 abonnés sur Twitter.

Des absences :

À noter qu’il a quelques absents de taille sur Twitter, soit Michel Phaneuf qui laisse de plus en plus la place à Nadia Fournier sa collaboratrice et coauteur du guide Phaneuf . 
Il y a également la sommelière Élyse Lambert,  lauréate du concours Meilleur Sommelier du Québec 2004. Elle a aussi remporté la 3e position du concours Meilleur Sommelier du Canada en 2006. Cette qualification lui a permis de participer au concours Meilleur Sommelier des Amériques qui se tenait à Buenos Aires en mai 2009, compétition qu’elle a remportée. À titre de Meilleur Sommelier des Amériques, Élyse a représenté le Canada à l’ultime concours Meilleur Sommelier du Monde au Chili en avril 2010 où elle a accédée à la demi-finale.

Enfin, il y a le sympathique chroniqueur et sommelier Philippe Lapeyrie que l’on entend sur une multitude de stations radiophoniques et que l’on voit aussi à TVA à l’émission Salut Bonjour Week End.  Il enseigne aussi depuis quelques années la sommellerie à l'école hôtelière de la Capitale, en plus d'animer multiples conférences et dégustations.  Monsieur Lapeyrie est particulièrement actif sur Facebook. 

dimanche 17 juin 2012

Bière, vin ou spiritueux pour célébrer l’Euro 2012?


Les nations européennes profitent d’une pause en juin pour oublier les problèmes liés à l’économie avec la tenue d’un événement sportif d’envergure qui se déroule en Pologne et en Ukraine, soit l’Euro 2012.  C’est la fièvre du ballon rond, le foot comme on le nomme de l’autre côté de l’Atlantique, soit le soccer pour les résidents d’Amérique du nord.   Comme c’est le cas pour nous avec le hockey, les européens aiment bien se rassembler dans les pubs et bistros, afin de suivre les prouesses de leurs équipes favorites.

Crédit de la photo: Action images

Plusieurs de ces pays, on une tradition forte de consommation de spiritueux, de la bièreou encore du vin.  Pour vous donner un aperçu des habitudes de consommation des 16 pays d’Europe en présence à l’Euro 2012,  je vous laisse juger si le vin, la bière ou les spiritueux couronneront les festivités de la nation gagnante.  Je dois cependant vous aviser que ce petit tour d’horizon n’est pas scientifique, car plusieurs références du web présentent des portraits divergents selon les sources.  Pour la bière,  je me suis référé à une étude de Kirin Brewery basée sur l’année 2010, alors que pour le vin,  je me suis référé à une étude menée sur l’année 2011,  produite pour Vinexpo qui s’est déroulé à Hong Kong en mai dernier.  Quant aux spiritueux, les données proviennent d’une étude de l’Organisation mondiale de la santé.

Voyons maintenant les forces alcoolisées en présence :

Allemagne

La bière coule avec énergie au pays de l’Oktoberfest car on y consomme 106.8 litres par habitant pour de bière avec une 2e position mondiale derrière les tchèques et au 6e rang pour la consommation de vin avec 37,8 litres par habitant par année.  Le consommateur reste fidèle aux vins allemands puisque ces produits nationaux représentent 54% des volumes consommés.  L’Allemagne est au 50e  rang pour la consommation de spiritueux avec 2.30 litres par capita. Pour ma part,  je vois l’Allemagne dans le carré d’As pour l’Euro 2012, donc si j’étais allemand, je ferais mes provisions.

Croatie
Avec ses 77.8 litres de bière, la Croatie trône au14e  rang mondial pour la consommation.  Ils ont le Runjanfest ou le Septemberfest du 24 au 30 septembre qui est l’équivalent de l’Oktoberfest allemand.  Pour le vin, ce n’est pas le plus grand pays consommateur et il ne figure pas au top 25.  Les spiriteux ne sont pas dans l’équation aussi avec le 58e rang avec près de 2 litres par habitant (1.91).  Une équipe dans le groupe C qui pourrait priver l’Italie d’une participation en quart de finale.

Danemark
Au 24e rang mondial pour la consommation de bière avec 67.4  litres et 5e pour la consommation de vins avec 38 litres par habitant annuellement, le Danemark a le sens des célébrations.  On consomme moins de spiritueux avec 1.78 litre, bon pour le 65e rang.  Les danois produisent des bières biens connues dans le monde soit la Tubord et surtout la Carlsberg, un gros commanditaire de l’Euro 2012.   Étant au sein du groupe B ou Groupe de la mort, le Danemark a une mince chance de se faufiler en quart de finale avec les allemands surtout en raison du mauvais départ des hollandais.  Attention le Portugal est aussi dans le coup.


Espagne
Avec 69.9 litres de bière, les espagnols décrochent le 22e échelon mondial et le 12e rang pour la consommation de vin annuellement avec 24,2 litres par habitant.  Juste à penser aux bons vins de Rioja, de Ribeira del Duero,  j’ai le goût de changer de nationalité.  On consomme peu de spiritueux, mais on adore les sessions de « dégustation » de masse en plein-air que l’on nomme Botellons.  Les champions de l’Euro 2008 doivent se méfier des croates et des italiens, avec un peu de chance les espagnols peuvent se rendre aussi loin que la demi-finale.


France
1er rang dans la consommation de vin par habitant avec  52,6 litres.   La bière est consommée mais le pays ne figure pas au sein des 25 premiers pays au monde.  La consommation de spiritueux est aussi modérée avec un 42e rang avec une moyenne de 2.62 litres par habitants.  Avec ses vins de Bourgogne, de Bordeaux, d’Alsace et autres régions viticoles, il y a surement ce qu’il faut pour célébrer un éventuel gain des « bleus ».  La troupe française sur le terrain doit être réaliste car les anglais dans le groupe D et les ukrainiens n’entendent pas donner la vie facile aux français. Personnellement,  même si mon cœur et avec la France, je doute de voir ceux-ci plus loin qu’en quart de finale.



Grèce
Comme pour la Suède et l’Ukraine, je dois avouer que je n’ai pas trouvé beaucoup de renseignements sur les habitudes de consommation d’alcool de la Grèce.  Déjà consacré comme pays champion de l’Euro en 2004, la Grèce est secouée par d’importantes difficultés au niveau économique.  Le pays est au 49e rang pour la consommation de spiritueux avec 2.38 litres par habitant.  La culture de la vigne remonte à plusieurs milliers d’année avant la venue du Christ.  Selon des sources sur le web, les grecques consommeraient près de 26.2 litres par capita.  Ce qui placerait le pays devant l’Espagne vers le 11e rang, mais l’étude de Vinexpo n’en fait pas mention.  Un nouveau titre à l’Euro 2012 serait bénéfique à tous les niveaux et surtout pour le moral de ses habitants.


Irlande
Pas besoin de vous dire que nous sommes au pays de la Guiness beer. C’est 103.7 litres de bière par personne que les irlandais consomment pour obtenir le 4e rang au monde.  Le vin n’est pas trop dans les habitudes des habitants et les spiritueux représentent 2.51 litres par tête de pipe pour le 46e rang.  Oubliez les irlandais, ils ne seront pas présent au tour suivant avec 2 défaites en entrée d’Euro 2012.  On pourra quand même attendre la Saint Patrick pour festoyer à la manière du pays de mes ancêtres.

Italie
Au 2e rang du monde pour la consommation de vin les italiens sont tout juste derrière les français car ils boivent 52,3 litres de vin par habitant annuellement. Comme les français, l’Italie n’est pas très tournée vers la bière et les spiritueux.  Les  Italiens sont de bons consommateurs d'alcool, mais c’est le vin qui représente environ 75% du volume total d'alcool consommé.  Sur le terrain, la "Squadra Azzurra",  la formation italienne dans le groupe C a un mince espoir de passer au prochain niveau de la compétition.  Ils doivent vaincre l’Irlande et souhaiter une victoire de l’Espagne sur la Croatie dans leur affrontement du 18 juin.


Pays-Bas
17e au monde pour la bière avec 73.9 litres  et 10e au monde avec ses 29 litres de vin par habitant par année. Les spiritueux comptent pour 1.56 litre par habitant, ce qui place le pays au 74e rang mondial. Les bières hollandaises comme la Heineken et la Grolsch sont exportées en grandes quantités.  L’équipe Oranje représentera probablement la plus grande déception de l’Euro 2012.   Avec deux défaites au départ, ils doivent vaincre le Portugal par une bonne marge de buts et souhaiter un gain aussi convainquant de l’Allemagne sur le Danemark.  Mathématiquement possible mais mince dans les faits.



Pologne
Avec l’Ukraine c’est le pays hôte de l’Euro 2012.  Classé 7e au monde pour la consommation de bière avec 83.6 litres.   Le vin n’est pas dans le portrait pour ce pays de l’ancien bloc de l’Est.  On consomme un peu de spiritueux mais juste bon pour le 75e rang.  Ils produisent une bière unique la Grodzisk, une bière à haute fermentation de blé fumé.   La Pologne inspirée par ses partisans n’a toutefois plus d’espoir de passer en quart de finale.

Portugal :
Un pays reconnu pour ses excellents vins de la région du Douro soit le Porto.  Au 32e rang de la consommation de bière avec 54.9 litres par habitant annuellement  En comparaison avec le Canada qui est au 23e rang au monde avec 68.4 litres et des américains au 12échelon.   Les portugais sont 4e pour la consommation de vin avec 45,8 litres.   À l’Euro 2012, ils doivent se croiser les doigts en étant compétiteur au sein du groupe de la mort.  Ils doivent l’emporter contre les Pays-Bas et souhaiter un gain de l’Allemagne contre le Danemark.

République Tchèque
Depuis plus de 18 ans au 1er rang mondial de la consommation de bière par habitant avec 131.7 litres par personne annuellement, c’est le champion dans le monde du houblon! Le premier pays ayant obtenu un Musée de la bière est aussi bon consommateur de spiritueux au 25e rang mondial avec 3.59 litres par habitant.  En République Tchèque, plus d’un habitant sur deux consomment régulièrement du vin mais pas en quantité significative pour figurer dans les 25 premiers pays au monde.  Le marché tchèque du vin est relativement limité car il représente seulement 0,3% de la consommation mondiale de vin.  Un gain contre la Pologne dans le prochain match et la qualification en quart de finale est assurée.

Royaume Uni
Avec ses 73.7  litres, le Royaume Uni est 18e pour la consommation de bière et au 11e rang avec ses 25,7 litres de vin par habitant.  Les anglais consomment aussi modérément les spiritueux (surtout du scotch) avec 2.41 litres par habitant soit le 48e rang.  Les anglais ont le potentiel de passer plus loin que la phase quart de finale.  Ils doivent d’abord écarter l’Ukraine et la France de leur parcours.  Le carré d’as est sans doute envisageable.





Russie
La bière n’est pas aussi présente que la Vodka, mais il y a quand même un intérêt marqué.  Les consommateurs russes préfèrent majoritairement les vins doux et semi-doux aux vins secs. Ils boivent 7,6 litres de vin par habitant au 16e rang au monde.  Les spiritueux sont de loin la boisson alcoolisée la plus consommée avec 6,88 litres pour le 6e rang. C’est la Corée du Sud qui trône au sommet mondial à ce chapitre avec 9.57 litres de spiritueux.  La Russie est l'un des pays où l'on consomme le plus d'alcool et pour cause car 20% de la population rencontre des problèmes liés à l'alcoolémie. Sur le terrain les russes dans le groupe A étaient près d’atteindre la phase quart de finale, mais la Grèce a bousillée les plans. 


Suède

Le vin est la boisson alcoolisée favorite des femmes. Il représente environ 50% de leur consommation totale d'alcool, contre 20% pour les hommes, qui privilégient la bière forte.  Je n’ai pas été en mesure de trouver d’informations précises sur la consommation de vin par habitant, mais certaines sources placent la Suède devant tous les pays scandinaves pour le volume concernant le vin.  Étant déjà éliminé de l’Euro 2012, les réjouissances n’auront pas trop d’importance en marge de la compétition.


Ukraine 

Cette ancienne province du régime soviétique est un peu à l’image de ses voisins de la russie.  On consomme beaucoup de bière et de spiritueux.  Au 13e rang mondial avec 5.21 litres de spiritueux dont majoritairement de la vodka, l’Ukraine est prête pour célébrer en étant avec la Pologne un pays hôte de la compétition.  Son équipe dans le groupe D devra espérer l’emporter contre les anglais le 19 juin pour la dépasser la ronde des qualifications. 



Sources :



jeudi 7 juin 2012

Du BBQ et des vins pour tous les goûts

La saison estivale rime avec le BBQ et ses régals.  Pour ma part, je ne suis pas le meilleur chef à l’intérieur de la maison, mais lorsque l’on parle de la cuisine dehors, je deviens excité à l’idée de profiter du plein-air et concocter des mets dont les parfums embaument le voisinage.  Il faut dire que nous aimons profiter de l’été et sortir de nos tanières.   Je trouve que l’instinct de sédentarisme inspiré par l’homo sapiens  vient m’interpeller avec les beaux jours, un peu comme l’homme des cavernes excité par la découverte du feu et ses possibilités.   

Il y a un effet presque thérapeutique dans l’action de faire son barbecue dehors.  Je me laisse entraîner par le gazouillis des oiseaux qui tweet en dehors de twitter.   Parfois j’accompagne ma communion avec le BBQ en présence d’une bonne bière froide.  Bref, je suis persuadé que vous ne voulez pas vraiment savoir mon état d’esprit au moment de faire du BBQ mais plutôt les vins que je vais servir avec les mets préparés.

 Le BBQ permet de cuisiner des viandes rouges, des fruits de mer, des poissons et aussi des viandes blanches.  Je sais que bons nombre d’amateurs vont immédiatement associer le BBQ avec du vin rouge.  Pour ma part, j’aime profiter des plaisirs de l’été avec la fraîcheur des vins blancs et c’est pourquoi j’ose vous suggérer quelques options.


On attaque avec les viandes rouges.

Il y a différents facteurs qui vont influencer le choix de vos vins, dont la cuisson de votre viande, les textures et aussi les épices ou condiments que vous allez choisir.  Pour le carnivore en vous, inspiré de Fred Caillou et des Pierrafeu, on salive devant les fameuses ribs BBQ.  Chacun semble avoir sa petite sauce spéciale.


Pour l’amateur de rouge, le choix est très large.  Un chianti classico de Toscane,  un Rioja Reserva d’Espagne, un solide Malbec de Mendoza en Argentine ou un Cabernet Sauvignon de Napa Valley font du sens.  On va éviter du blanc dans ce cas-ci.


Les grillades d’agneau

Ce plat fera le bonheur des amateurs de vins costauds avec du Saint-Émilion,  des vins de la région de Margaux ou du Médoc.  Pensez aussi aux italiens avec un bon Barolo ou un Brunello. Pour les plus traditionnels du BBQ, alors on pourra opter pour la Shiraz asutralienne.   Pour l’amateur de blancs, l’option est quand même envisageable avec un Chardonnay d’Australie du Sud-Est ou de l’État de Victoria.


Pour vos hamburgers sur le BBQ :

Allez-y avec du Merlot d’Argentine, d’Afrique du Sud ou d’Australie.  En version cheeseburger aux oignons et le bazar des condiments, vous serez en affaires avec une Syrah de Mendoza,  une Shiraz de McLaren Vale en Australie ou un joli vin de Californie provenant de la région San Luis Obispo - Paso Robles.


Un poulet sur le BBQ

Cela permettra un peu plus de latitude  dans le choix des vins.   Pour l’amateur de vins blancs, les options permettent de servir des vins de Bourgogne élaborés avec du Chardonnay  (Chablis, Meursault, Montrachet).  On pourra également pencher vers du Chardonnay de Mendoza en Argentine ou de Robertson Valley et Stellenbosch en Afrique du Sud.   Certains californiens ou australiens élaborés avec le même cépage seront aussi de mise.    Les rouges peuvent aussi se démarquer avec votre poulet avec quelques bons vins français comme du Brouilly, des Corbières, des vins du Haut Médoc et vins de Bourgogne dont du Pinot Noir.


Du saumon grillé 

J’adore prendre ma dose d’omega 3 avec du saumon grillé sur le BBQ.  Il existe plusieurs bonnes recettes dont quelques unes dans la série Papilles pour tous de Chartier et Modat.

Je carbure au Pinot Noir lorsque vient le temps de savourer la chaire de ce roi de nos rivières.   Mes préférés sont de la Bourgogne, de la Californie ou encore de la Nouvelle-Zélande.  Le guide Griffin 2012 propose d’ailleurs plusieurs suggestions.

Toutefois le blanc offre une grande versatilité avec ce poisson dont certaines belles bouteilles de Rioja d’Espagne ou un merveilleux Chenin blanc d’Afrique du Sud.  Un savoureux Torrontes aromatique d’Argentine ou encore un rafraîchissant Sauvignon blanc de Nouvelle-Zélande peuvent vous convertir aux bonheurs du blancs avec le BBQ.

Les crevettes grillées

Une bonne brochette de crevettes sur le BBQ pourra aussi vous séduire avec un Albariño d’Espagne ou un sauvignon blanc de la Vallée de Maule au Chili.  Un chardonnay non-boisé du Canada comme celui de Wayne Gretzky, un Fumé Blanc de Californie ou un Sauvignon Blanc Sémillon d’Australie sont aussi à considérer.  Ici, on s’abstiendra de servir un vin rouge.

Sortez dehors, cuisinez, faites des découvertes et profitez-en pour partager vos recettes, vos photos et vous coups de cœur de vins par le biais de la page Facebook Le Tire-bouchon.   J’aime le BBQ et vous?   

mardi 5 juin 2012

Un délire gastronomique au déjà BU!

Lors de la Soirée Prestige qui s’est déroulée à Caraquet le 31 mai dernier dans le cadre du FestiVin, les convives présents au déjà BU! auront été exposé à une grandiose expérience gustative.   D’abord le chef, Stéphane Modat aura démontré son savoir-faire avec ses créations culinaires, autant que le propriétaire et sommelier Robert Noël aura été en mesure de se dépasser dans le choix des vins.  

La découverte du caviar
D’abord en terrasse, les différentes bouchées étaient axées sur des produits du Nouveau-Brunswick.  Si plusieurs connaissaient bien les huîtres La Mallet de Saint-Simon, plusieurs auront fait la découverte des produits de la compagnie Acadian Sturgeon. 
Cornel Ceapa de Acadian Sturgeon et Robert Noël du
Restaurant déjà BU! de Caraquet

Cette maison qui opère dans la région de St-Jean propose du caviar provenant d’esturgeons d’élevage dont Cornel Ceapa (prononcer Chapa) est le propriétaire. Nous avons aussi eu droit à de petits cubes d’esturgeon grillés et noircis à l’olive noire nappés de crème sure en chantilly fumé afin de mettre en valeur la chair de ce poisson autant que son caviar.  

C’est bien connu, le mariage caviar et Champagne représente le nec plus ultra des accords mets et vins.  Nous avons eu la chance de goûter ces produits avec du Champagne Pol Roger Brut Reserve.

Le service du caviar
Pour conserver du caviar, il est important de le placer au réfrigérateur dans sa boîte d'origine. Bien qu’il se conserve pendant un mois, il doit être consommé dans les 3 jours lorsque la boîte est ouverte. Attention, il ne faut jamais congeler le caviar.

Le chef Stéphane Modat à Caraquet
Avant de servir le caviar, il faut prévoir une bonne heure  hors du réfrigérateur avant de le manger. Il est aussi recommandé de déposer le tout sur un lit de glace. Le caviar se consomme directement avec une petite cuillère. Attention, il faut utiliser une petite cuillère en nacre ou en corne, puisque la cuillère de métal altère le goût du caviar.

On dénombre près de 27 espèces d’esturgeons à travers le monde.  Les plus grands producteurs de caviar sont les russes, les iraniens, les français et les américains.   Le Canada est encore un petit producteur mais la qualité fait mention honorable.

Des surprises pour nos papilles
Nous avons été gâté par cette mise en bouche de croquette de terrine de homard, bavarois de poivrons rouges au Pimentón de la Vera, air de safran, mais c’était aussi difficile d’oublier que nous étions à savourer en même temps du Champagne Pol Roger Cuvée Winston Churchill 1999 à près de 175$.


Le homard était de la partie
Le plus bel accord de la soirée a cependant été réalisé sur une piste aromatique inspiré de Papilles et molécules (François Chartier) soit une entrée froide de crabe des neiges, gingembre et mirin, mousse de coriandre et persil frit, huile de wasabi et gelée de citron vert accompagné d’un sublime sauvignon blanc de Nouvelle-Zélande, soit le Te Muna 2010 de l’appellation Martinborough.

L’entrée chaude de homard en civet, gremaux au café, crumble de noix grillées au bacon de porc de Nagano a été merveilleusement concocté par le chef Modat.  Le sommelier a répondu en double avec deux vins pour appuyer cette aguiche avec le cardinal des mers.

D’abord une grosse pointure vineuse en blanc, soit le Gaja Gaia & Rey Chardonnay Langhe 2009 du Piémont  (175.29$), mais aussi un rouge canon de Bourgogne le Bonne-Mares 2008 (218.49$) de Bouchard Père & Fils.  C’est ce dernier que j’ai d’ailleurs préféré au niveau de l’accord.

Vive la résistance
Pour la suite des choses, le chef a offert sa pièce de résistance soit un  morceau de short rib cuit à basse température avec champignons laquées à la sauce soya.  Le tout appuyé d’un tube de kadaif croustillant farci au foie gras fumé, jus corsé au poivre sauvage de l’Assam, de la véritable poésie gustative!

Un délice préparé par le chef Modat et l'équipe du déja BU!


La réponse du sommelier Robert Noël a été expéditive avec deux magnifiques vins piémontais de Gaja la Bomba.  Le Sperrs Nebbiolo 2000 à 274.79$ et le Gaja Darmagi Cabernet sauvignon 2006 à 228.29$. 


L’affaire est ketchup?
Comme si nous étions dans l’attente du feu d’artifice final,  le duo Modat et Noël ont présenté un volet fromage et pré dessert.   Un ketchup de betteraves rouge en soupe, crumble d’esturgeon laqué à la melasse, vinaigre balsamique et clou de girofle, coiffé d’une tuile de gouda.     Deux autres vins de Gaja, provenant de la Toscane sont venu prêter main forte à ce ketchup insolite.   Le Gaja Sugarille Brunello di Montalcino 2004 à près de 155$ et le Gaja Rennina de la même appellation et du même millésime à près de 145$.


Le coup de grâce
Une gâterie pour finir la soirée en beauté!
Enfin pour clore cette orgie gastronomique, le chef Modat nous a présenté un biscuit au thé noir fumé, crémeux, mousse au chocolat noir au caramel et fleur de sel avec crème glacée à la cannelle.  Un Dow’s Colheita Tawny 1999 du Portugal a couronné le tout.  Si nous avions été obligé de payer la facture totale de chaque bouteille des vins consommé pour répéter cette expérience, c’est près de 1500$ qu’il aurait fallut débourser pour ces 10 vins. Pour 175$ par personne, incluant la bouffe, le vin et le service, c’était à vrai dire, sans vouloir être prétentieux ou snob, une véritable aubaine.

Que réserve 2013?
Une chose est sûre,  la barre sera haute une fois de plus pour FestiVin et le déjà BU! afin d’attirer une tête d’affiche pour la 17e édition.  Avec les gens autour de la table, il y a fort à parier qu’on saura sortir un lapin du chapeau.  D’ici là, levons nos verres et longue vie à ce salon qui a le mérite de donner le coup d’envoi à la saison estivale et aux saveurs de l’été de la Péninsule acadienne.