lundi 31 octobre 2011

Du bonbon en bouteille pour l’Halloween

L’Halloween est une occasion pour les petits de se faire plaisir en faisant la récolte de sucreries. Pour un amateur de vin, il y a aussi de bonnes occasions de se payer ses petits bonheurs en optant pour une soirée festive en optant pour quelques bons desserts accompagnés de vins doux, vins moelleux ou de vins liquoreux. Alors pour cette fois-ci j’ai décidé volontairement de sortir du traditionnel porto et chocolat pour vous suggérer d’oser goûter aux différents vins qui existent pour la bibitte à sucre qui sommeil en vous.


Les vins doux naturels sont obtenus par une addition d’alcool avant, pendant ou après la fermentation. Dans cette catégorie on parle notamment de vins obtenus le plus souvent avec des cépages comme le muscat (muscat blanc à petits grains et muscat d'Alexandrie) mais aussi le grenache (grenache blanc, noir et grenache gris), le tourbat, le malvoisie et maccabéo.

Les liquoreux contiennent un minimum de 45 g/l de sucres et élaborés grâce à des raisins surmûris dont la concentration en sucres résiduels est due à un passerillage ou à la pourriture noble apportée par le champignon Botrytis cinirea (Champignon qui se développe sur la peau des raisins) qui caractérise notamment les vins de sauternes, de barsac ou de loupiac.

Les demi-secs et les moelleux contiennent de 12 à 45 g/l de sucres. Ces vins riches en sucre sont obtenus grâce à des vendanges très mûres, mais non passerillées ou botrytisées. Après une fermentation ayant générée le taux d’alcool requis (près de 12%), le vigneron interrompt l’activité des levures par ajout de soufre, et procède au passage à froid et la filtration pour garder les sucres non fermentés. Plusieurs vins d’Alsace comme les vendanges tardives sont dans cette catégorie.

Dans la gamme des autres produits qui peuvent faire bonne figure dans le cadre des célébrations des friandises de l’Halloween, il est aussi possible de se tourner vers le vin de glace, un vin fait à partir de raisins vendangés gelés. Le Canada est d’ailleurs passé maître dans l’art d’élaborer ce type de vin qui fait la réputation notamment de la région du Niagara en Ontario. Les cépages utilisés pour produire le vin de glace sont le Riesling, le Chardonnay, le Cabernet Franc et le Vidal. Plusieurs domaines offrent de sublimes vins en Ontario dont Inniskillin, Stratus, Jackson Triggs, Pillitteri Estates Winery, Royal DeMaria, Konzelmann Estate Winery et plusieurs autres. De plus, il y a un intérêt grandissant de d’autres producteurs dans des provinces comme la Colombie-Britannique, le Québec et même la Nouvelle-Écosse pour la production de vin de glace. Le domaine de Jost Vineyards à Malagash en Nouvelle-Écosse est le plus grand producteur de cette province et à même remporté en 2000, le prix du meilleur vin canadien de l’année contre près de 600 concurrents.

En terminant voici quelques produits à déguster :
Concha Y Toro Late Harvest Sauv.Blanc - Chili (7804320328164) 14,29$


Donnafugata Ben Rye DOC - Italie (8000852100325) 35,29$

Inniskillin Vidal Icewine - Canada (620654110018) 59,99$

McWilliams Hanwood Estate Moscato - Australie (085000019030) 16,99$

Jost Ortega Icewine - Canada - (624448031244) 26,49$

Whistler Chardonnay Icewine Paradise (626990069256) 25,78$

Un bon Halloween à tous!

mardi 11 octobre 2011

Voyager dans les vignes et faire la vie de château

Depuis 1990, j’ai effectué un bon nombre de voyages, la plupart dans les Caraïbes en quête de soleil. Ce goût du voyage est animé par une curiosité découlant d’une déformation professionnelle de l’époque où j’œuvrais dans le secteur des médias à titre de journaliste.

Mes voyages ont aussi été grandement influencés par ma passion du vin et c’est pourquoi j’ai tiré profit d’expériences dont je peux vous partager les conseils. Voyager, c’est rêver les yeux ouverts et j’avoue franchement que la préparation d’un voyage est tout aussi excitante que le périple lui-même.

Mon goût pour le vin m’a amené à visiter des endroits aussi merveilleux que l’Allemagne avec la fabuleuse région de la Moselle qui est sillonnée par le Rhin.

Les vignes à flanc de montagne sont d’une beauté dont on ne peut se lasser. Mes séjours m’ont amené sur différentes routes des vins, dont celles du Québec, de l’Ontario et de la Colombie-Britannique. 

Mon voyage dans les vignes de la Californie est certainement l’un des moments les plus mémorables alors qu’au printemps 2008, ma femme et moi, accompagnés d’un couple d’amis, nous nous sommes rendus en Californie pour visiter les deux régions viticoles les plus populaires de ce pays : Napa et Sonoma. Lors de ce séjour, j’ai aussi découvert une région viticole moins connue du sud de la Californie, soit la Vallée de Temecula.

Évidemment, je n’ai pas encore visité Bordeaux en France, ni la Toscane en Italie, car je veux avoir plus de temps pour profiter de ces lieux particuliers. Ce sont des projets que je pourrais certainement concrétiser bientôt en ayant la possibilité de me libérer de mes obligations professionnelles et familiales.

Voici dix conseils pour profiter pleinement de vos visites dans les régions viticoles.

1. Identifiez la région du vin que vous voulez visiter et la période propice. (Le printemps et l’automne sont habituellement plus agréables.) Lorsque vous choisissez une période rapprochée des vendanges, plus fortes sont les chances de faire face à un achalandage accru de visiteurs.

2. Documentez-vous en utilisant des ressources comme Internet et en achetant certains guides pratiques (Routard, Michelin, etc.) pour bien vous familiariser avec les lieux et les choses à voir.

3. Repérez les vignobles qui offrent des tours guidés et des dégustations de leur produit. Attention, ce ne sont pas tous les producteurs qui ouvrent leur porte au public. Plus un producteur est connu et plus les coûts pour déguster et visiter peuvent être un peu plus élevés. Certains vignerons n’exigeront pas le paiement pour la dégustation lorsque vous achetez quelques bouteilles de leur vignoble.

4. Préparez l’ordre de vos visites en prenant soin de dresser un horaire quotidien et prévoyez des alternatives s’il y a trop de visiteurs. Il est important de choisir des vignobles qui sont près les uns des autres dans une même journée. Vous évitez ainsi de parcourir des distances inutiles et augmentez vos chances de pouvoir passer plus de temps dans les vignobles eux-mêmes, plutôt que dans votre voiture.

Ne pas prévoir plus de quatre installations à visiter. Premièrement, vous devez prendre le temps de déguster ce qu’on vous offre et dans une certaine mesure, après plusieurs dégustations vos papilles gustatives deviendront vite saturées. De plus, si vous prenez part à des tours guidés, il y a des séances qui varient de 30 minutes à près de deux heures.

5. Surveillez les bons de réduction. En parcourant Internet ou en vous procurant les brochures locales des endroits que vous désirez visiter, il y a souvent des bons de réduction qui vous permettent d’économiser sur les coûts des tours guidés ou des dégustations. Si vous passez plusieurs jours dans une région, cela pourrait représenter des économies appréciables.

6. Prenez le temps de prendre des notes sur ce que vous aimeriez goûter. Certaines personnes profitent de ces voyages pour repérer des vins qu’ils aimeraient acheter et conserver dans leur cellier. Fixez vos objectifs avant de partir, vous pourrez ainsi repérer des bouteilles qui feront votre bonheur. N’oubliez pas que certains millésimes sont meilleurs que d’autres, alors renseignez-vous sur la région que vous avez l’intention de visiter. De plus, n’oubliez pas que les lois sont très strictes aux douanes canadiennes. Si vous dépassez les quantités permises, cela pourrait s’avérer coûteux. Prévoyez également des méthodes d’emballage pour transporter vos bouteilles sans risquer qu’elles ne se brisent dans vos bagages. Du papier à bulles plastifié représente une très bonne alternative.

7. Modérez vos transports. Visiter des vignobles implique souvent une consommation d’alcool. N’oubliez pas que certains pays sont très stricts sur l’alcool au volant. Prévoyez un conducteur désigné et alternez d’un jour à l’autre, sinon, renseignez-vous sur les services de taxis, limousines et moyens de transport alternatif comme le train, le vélo ou même une randonnée pédestre. Ce sont parfois des moyens originaux de découvrir les vignobles.

8. Profitez-en pour goûter les saveurs locales lorsque vient l’heure des repas. Plusieurs installations viticoles ont un restaurant sur place et offrent des expériences culinaires uniques avec un mariage des mets et des vins de la propriété. Pour les endroits n’ayant pas de service de restauration, il est possible de faire un pique-nique. Vous profiterez alors d’une ambiance champêtre pour savourer votre repas.

9. Prenez des notes sur ce que vous goûtez et demandez si c’est possible qu’on vous fournisse un menu de dégustation.

10. Ayez du plaisir. Il ne faut pas que votre voyage devienne un fardeau ou que vous ayez l’impression que c’est une course contre la montre pour faire le plus de vignobles possible. Sachez apprécier la qualité avant la quantité.

Ce texte a été publié dans le guide Le Tire-bouchon Griffin 2010 et adapté pour diffusion sur le web.

dimanche 2 octobre 2011

Le Tire-bouchon Griffin 2012 est arrivé!

L’auteur Mario Griffin a lancé son nouveau livre intitulé, Le Tire-bouchon Griffin 2012, aujourd’hui à Caraquet. Fier du succès du « best-seller » Le Tire-bouchon Griffin 2010, premier guide des vins dans la province, le Griffin 2012 est un guide d’achat destiné aux consommateurs de vins et se veut un outil de référence pour éclairer les achats de vins au Nouveau-Brunswick.

L’un des atouts majeurs de ce guide est de permettre aux amateurs de vins d’avoir accès à près d’un millier d’accords avec les mets pour agrémenter à la fois les repas de tous les jours et également pour les grandes occasions. Le Tire-bouchon Griffin 2012 avec ses 352 pages décrit 231 vins, soit 23 vins de plus que le 2010, avec plus de 80 % de nouveaux vins. Toutefois, l’auteur assure que les quelques vins qui étaient dans la première édition et qui se retrouvent dans celle de 2012 ont été entièrement revisités dans des millésimes plus récents et des descriptions actualisées.

L’auteur affirme que l’expérience du premier livre lui aura permis d’améliorer plusieurs aspects de son nouveau guide grâce aux commentaires reçus des adeptes du premier guide. « Les amateurs de vins veulent en savoir davantage afin de profiter pleinement des plaisirs de la dégustation, et c’est pourquoi Le Tire-bouchon Griffin 2012 accorde de l’importance à la température de service et à la durée de conservation de chaque vin commenté, notamment pour ceux qui désirent enrichir leur cellier » d’indiquer monsieur Griffin.

L’édition 2012 met aussi en valeur près de 75 vins qui s’harmonisent avec le caractère maritime du Nouveau-Brunswick. « L’Acadie jouit d’une grande richesse; son terroir maritime unique fait l’envie des amateurs de gastronomie de partout. Les fruits de mer et la variété de poissons disponibles chez nous constituent des occasions privilégiées de cuisiner des mets succulents et de les accompagner de bons vins » de commenter l’auteur.

Parmi les autres nouveautés du guide, Le Tire-bouchon Griffin 2012 réserve, en hommage, une section spéciale aux vins canadiens puisque l’auteur a visité plus d’une centaine de vignobles au pays depuis trois ans et souhaite ainsi changer la perception des consommateurs envers les produits canadiens. Également, les index ont été améliorés pour faciliter le repérage des vins; un index par ordre alphabétique et un autre des vins par pays viennent s’ajouter au répertoire existant des accords mets et vins.

De plus, une quarantaine de vins non commentés, mais disponibles dans la province voisine, le Québec, font aussi l’objet d’une section spéciale étant donné que plusieurs amateurs voyagent et boivent du vin lors de leur séjour dans la « Belle Province ». 

Le Tire-bouchon Griffin 2012 est un projet non subventionné et rendu possible grâce à la participation financière de 15 partenaires, soit : DPG communication, les Caisses populaires acadiennes, Cox & Palmer, le FestiVin, CHAU TVA, la mercerie Le Costumier, Alcool Nouveau-Brunswick, Jacques Boucher Architecte,  le restaurant le déjà BU!,
Proj-ex Millwork, Atlantic Host, le Ministère Agriculture, Aquaculture du Nouveau-Brunswick, la Bijouterie Secret et Gabriel Haché ltée.

Le guide sera en vente dès le 3 octobre dans les librairies francophones du Nouveau-Brunswick et plusieurs autres points de vente seront affichés sur le site Le Tire-bouchon : www.letirebouchongriffin.com. Par ailleurs plusieurs magasins d'Alcool Nouveau-Brunswick feront également la vente du livre et plusieurs séances de signatures de livre se feront aussi dans le prochain mois.

De plus, les amateurs de vins pourront suivre les activités de promotion du guide sur les réseaux sociaux :
Twitter : ww.twitter.com/letirebouchon

samedi 1 octobre 2011

Nouvelle chronique du vindredi signée Le Tire-bouchon

Depuis hier, les auditeurs de trois stations de radio ont la chance de découvrir une nouvelle chronique sur les vins qui s'intitule la chronique du vindredi!  Tous les vendredis, je propose un vin qui a été commenté dans mon nouveau livre Le Tire-bouchon Griffin 2012. Cette chronique est diffusée sur les ondes de la Superstation avec Claude Simard et Sandra Landry à 8 h 15 et en rediffusion le midi.  La chronique est diffusée dans le Sud-Est de la province à CJSE FM 89 en compagnie de Diane Richard vers midi vin (20) et dans le Nord-Ouest de la province sur les ondes de CFAI avec Alexandre Hébert.  Pour les internautes il est également possible d'y accéder via mon groupe sur facebook.  Pour la première chronique je vous suggère le Errazuriz Estate Sauvignon blanc 2010. Écoutez la chronique!