mardi 13 septembre 2011

Chasse à l’orignal 2011 : plaisirs vineux d’automne!

La chasse à l’orignal battra son plein du 22 au 24 septembre prochain au Nouveau-Brunswick.  Les chasseurs ayant eu la chance de voir leur nom sélectionné lors du tirage au sort, se lanceront donc à l’assaut des forêts afin d’abattre le trophée tant convoité qu’est l’élan d’Amérique.  De 2005 à 2010, près de 105 000 personnes ont participé au tirage au sort et 17 287 personnes ont vu leur nom sortir au moins une fois durant cette période.  

Pour 2011, près de 62 841 personnes ont fait une demande d'inscription au tirage alors que 4364 permis étaient disponibles pour les résidents du Nouveau-Brunswick. Le nombre de permis de chasse à l'orignal disponibles pour les résidents du Nouveau-Brunswick a augmenté de près de 800 cette année comparativement à l'année dernière.

Évidemment le plus grand plaisir après avoir abattu cette bête colossale, c’est de savourer sa viande et pourquoi pas le faire avec panache en présence d’un bon vin rouge.  La viande d’orignal est très prisée pour en faire un rôti, du steak et certains se font préparer certaines quantités pour la fondue chinoise.

Étant donné qu’il s’agit d’une viande de bois, on a habituellement tendance à servir des vins costauds et corsés, mais comme le suggérait le sommelier québécois François Chartier dans une chronique publié en 2009 sur Cyberpresse cette époque est quelques peu révolus.   Il faut tenir compte que c’est un animal qui  s’alimente de plus de 50 livres de matières végétales diverses par jour.

Pour ma part,  j’aime bien le malbec d’Argentine, toutefois on pourra également savourer notre viande d’orignal avec quelques bons vins du bordelais ou du rioja.   La question de la cuisson jouera également un rôle important dans le choix de vos vins.  Puisqu’il s’agit d’une viande possédant une teneur en gars relativement faible, elle aura tendance à cuire plus rapidement.  Pour éviter cette sensation de semelle de botte comme on dit, veuillez ne pas opter pour un steak bien cuit.  Ce serait comme l’abattre une deuxième fois.

Avec vos steaks, je suggère un Montecillo Reserva d’Espagne (CUP : 022851208015) à 24.29$ , l’Espiritu de Argentina Malbec 2009 (CUP : 677855001126) à 12,29 $ ou même le Château Gadet Cuypers Médoc (3448821103758) à 20.79$.   Avec un bon rôti d’orignal, j’opterais pour un Domaine de Bila-Haut Occultum Lapidem de Chapoutier (3391181390835) à 26.29$  ou un vin du Rhône dominé par la grenache soit le Perrin Vacqueyras Les Christins (CUP : 631470000247) à 26.99$.  

On pourra également l’apprécier avec quelques bons italiens dominé par le sangiovese comme le Badia Passignano Riserva DOCG 2006 (CUP : 800193506450) à 45.29$.

vendredi 2 septembre 2011

La Bourgogne, la Loire et la bière


Le magazine Cellier de la Société des Alcools au Québec vient de publier son nouveau numéro d’automne qui consacre la majorité de ses pages aux vins de la Bourgogne.  Ce numéro coïncide également avec le 5e anniversaire  de cette publication de la SAQ.  D’ailleurs, cette édition automnale est aussi une façon spéciale de faire de la promotion pour de nouveaux arrivages de produits de ce terroir unique de la France qui met en valeur « le roi » pinot noir (36% de l’encépagement) et « la reine » chardonnay (46% de l’encépagement) qui sont les cépages les plus communs du royaume des vins de la Bourgogne.  D’après les informations recueillis par Marc-André Gagnon (Vin Québec) la Bourgogne représente environs 3% du vignoble français et produit plus de 60% de vins blancs, 32% de rouges et 8 % de crémants.

Le 15 et 29 septembre de nouveaux produits de la Bourgogne envahiront les tablettes soit plus de 45 vins.   Une petite incursion dans la Loire est aussi consacré à faire connaître cet autre région française qui est renommée pour ses blancs dont le chenin blanc utilisé dans l’appellation Vouvray appelé aussi pineau-de-la-Loire et le sauvignon blanc en Sancerre et Pouilly Fumé. (Attention ne pas confondre avec Pouilly-Fuissé qui provient de la Bourgogne et élaboré avec du Chardonnay).

Ce nouveau numéro de Cellier ne se consacre pas uniquement au vin,  car la Belgique est aussi sous les projecteurs avec ses bières.  Les belges produisent plus de 600 bières différentes.  D’ailleurs j’ai eu l’opportunité de m’initier à plusieurs de ces produits lors de mon premier voyage en Europe en 1994 et particulièrement avec mon passage dans la capitale belge, Bruxelles et ses villes charmantes comme Bruges , Ostende et Louvain. La Mort Subite, la Chouffe, la Hoegaarden, la Lucifer, Stella Artois en sont des exemples connues , faisant ainsi le délice des dégustations des amateurs de bières également de ce côté de l’Atlantique depuis plusieurs années.

Enfin ceci m’amène à saluer les organisateurs de notre festival de la bière à Bertrand au Nouveau-Brunswick en fin de semaine soit l’Oktoberfest des Acadiens qui se déroule du 2 au 4 septembre pour sa deuxième édition.  Au nombre des activités prévues, mentionnons la musique et danse bavaroises, des spectacles sur la scène extérieure en soirée, des jeux gonflables géants, et surtout desdégustations de produits du terroir ainsi que des bières importées et provenant de microbrasseries.  L'idée de présenter un Oktoberfest à Bertrand s'est développée avec la venue du premier Musée de la bière en Acadie, localisé derrière le Centre d'information aux visiteurs de Betrand. Ce musée détient une collection impressionnante de plus de 2 000 bières et cette dernière ne fait que s'agrandir avec l'engouement qu'a créé son ouverture officielle en 2010.