lundi 20 juin 2011

Une route et du vin au Nouveau-Brunswick

Pour avoir fait plus d’une centaine de vignobles au Canada durant mes voyages, j’ai eu la chance de faire des rencontres et des découvertes d’intérêt.  Pour un amateur de vin comme moi, il était important de faire le tour des viticulteurs du Canada avant d’aller voir ailleurs ce qui se fait.  Colombie-Britannique, Ontario, Québec et Nouvelle-Écosse ont été visité et je me disais que j’avais fait le tour du sujet.  Cependant c’était ignorer ce qui existe pratiquement dans ma propre province, le Nouveau-Brunswick.

Évidemment si vous cherchez des vins provenant du Nouveau-Brunswick sur les tablettes, il y a très peu de chance que vous puissiez trouver des produits sauf pour quelques produits chez Verger Belliveau notamment dans la région de Memramcook.  Je dois d’ailleurs m’y rendre prochainement pour visiter son entreprise et jaser avec son propriétaire Robert Bourgeois.  Il faut dire que l’endroit est connu des cueilleurs de pommes qui foisonnent lorsque l’automne arrive.   Verger Belliveau a été fondé en 1932.  Depuis quelques années, on produit notamment des vins aux fruits incluant le bleuet, la poire, la cerise et la framboise. 

Mon premier contact avec un vignoble au Nouveau-Brunswick s’est effectué dans le comté de Kent. En fait la Ferme Chez les Maury est considérée comme la première ferme vinicole coopérative du Nouveau-Brunswick. Son propriétaire, Serge Maury originaire de Bordeaux en France, œuvre depuis 1996 sur les terres d’une ancienne ferme laitière faisant face au Détroit de Northumberland, à St-Edward-de-Kent.  Avec son épouse Denise, il a donc produit un vin rouge sec appelé la Cuvée St-Edouard.  Depuis l’an 2000 ses vignes produisent donc ce vin et on y a aussi lancé des vins à base de fruits dont avec le bleuet appelé Cœur d’Acadie.  On produit aussi un vin avec du sureau nommé vin de baies de sureau et un autre nommé Vin d’la dune qui est un vin doux de fraise à déguster en apéro ou pour accompagner vos desserts.  Ces bouteilles se vendent autour de 10 à 12 dollars au maximum.
Les Maury ne font pas la vinification de leur vin, car ils confient cela aux pionniers de la fabrication de boissons alcoolisées à base de fruits dans la province,  c’est-à-dire Winegarden Estate. Ce domaine privé possède notamment 6 acres cultivées de vignes. Depuis 1991, cet établissement dirigé par la famille Rosswog de Baie Verte œuvre à développer cette industrie.  Lorsque les Maury ont débuté la production de vin, c’est vers eux qu’ils se sont tournés afin de confier la vinification de leurs produits de la région de Kent, près des dunes de Bouctouche.

L’aventure du vin au Nouveau-Brunswick est relativement jeune et depuis l’année dernière il existe une route des vins. La Ferme Maury,  Verger Belliveau et Winegarden Estate sont du nombre des endroits à visiter.  Il est possible de faire l’achat de produits sur les lieux et de visiter le tout.  Dans le cas des Maury, on pourra même vous faire voir les vignes, car on y cultive quelques variétés comme le Foch, le Léon Millot et quelques autres.  La production de vin n’est pas énorme, car il est difficile de trouver un marché. Les produits du Nouveau-Brunswick sont encore trop peu connus et plusieurs restaurateurs n’accordent pas une grande place aux produits du terroir.  Selon Serge Maury, on ne produit pas plus de 2000 bouteilles de vins pour son établissement.  Il faut dire que le vigneron ne se fait pas d’illusion sur la possibilité de faire fortune avec le vin au Nouveau-Brunswick.  Il opère avec sa femme un terrain de camping adjacent à la ferme.  Il profite donc de la présence des nombreux visiteurs dans la région qui viennent visiter le Pays de la Sagouine à Bouctouche et aussi à l’Éco-Centre des Dunes de Bouctouche.

Serge Maury avait l’habitude d’aller vendre ses produits au Farmer’s Market de Moncton le samedi, mais plusieurs l’on depuis imité.  Il songe d’ailleurs à se concentrer davantage sur la Péninsule acadienne ou il semble y avoir un potentiel un peu plus intéressant.

Chose certaine ma rencontre avec Monsieur Maury m’a donnée la chance de sortir non seulement des sentiers battus mais de découvrir également que des gens ont la passion de la culture de la vigne ici en Acadie. 

vendredi 17 juin 2011

Fête des Pères; des suggestions pour l’amateur de vin

Vous en avez assez d’offrir des cravates, du parfum ou des articles de golf?  Le papa qui aime le bon vin ne se lassera jamais de recevoir de bonnes bouteilles ou des articles reliés au monde du vin.

D’abord il est nécessaire de se fixer un budget et de bien connaître les goûts de son papa.  Votre paternel aimera certainement recevoir un vin prêt à boire si lui-même est un peu plus âgé, sinon pourquoi ne pas opter pour un vin de conservation.  En consultant l’inventaire des produits d’Alcool Nouveau-Brunswick j’ai trouvé quelques bons achats pour celui qui a beaucoup d’années devant lui.

D’abord un vin de Bourgogne de la maison Bouchard Père et Fils soit le Bonnes Mares 2008 à 218.49 $ ou un excellent Super Toscan soit un Antinori Tignanello 2007 à $94.28. Pour l’amateur de Bordeaux, je suggère un Château Beauséjour Duffau Lagarosse 2000 à 128.79 $.

Pour celui qui n’a pas la patience d’attendre que la bouteille vieillisse en cave, je propose un Champagne Henriot Cuvée des Enchanteleurs1996 à 211,28 $.   Pour des bourses plus modestes,  un  solide Pio Cesare Barolo DOCG d’Italie à 66.99 $ ou un bon Porto Dows Tawny 20 ans à 58.79 $.

Pour faire plaisir à son papa, il n’y a pas que le vin qui puisse satisfaire ses goûts.  Certains vont aimer recevoir une bouteille de spiritueux.  À cet effet,  il y a de très bonnes bouteilles de Scotch, Cognac ou Whisky.

Il y a aussi une belle gamme d’accessoire qu’un papa trouvera aussi agréable.  Un aérateur de vin est indispensable pour améliorer l’expérience de dégustation d’un vin qui a besoin de révéler ses arômes et saveurs.  L’aérateur permet d’oxygéner le vin en un tour de main si vous n’avez pas votre carafe à vin sous la main!  Un cadeau idéal et pas cher qui ravira assurément les amateurs de vins.

Il existe aussi différents types de  coffret avec  tire-bouchon, pompe à vin et bouchons pour protéger vos bouteilles quelques jours après avoir été ouvertes.  On pourra aussi offrir une carafe car il existe une vaste gamme de modèles et de prix.  Je crois personnellement que ça vaudra la peine d’équiper votre papa d’une série de verres de dégustation.  Que ce soit des compagnies comme Riedel,  Spiegelau,  Eisch ou Schott Zwiesel, l’utilisation de bons verres rendent l’expérience de dégustation beaucoup plus facile. Vous trouverez les verres et autres accessoires concernant le monde du vin dans les boutiques spécialisées.

Des livres permettent aussi d’améliorer les connaissances de votre papa sur le fascinant monde des vins.  C’est donc à vous de saisir l’occasion de surprendre votre papa chéri en lui offrant une surprise vineuse dont il se souviendra.  Bonne fêtes à tous les papas. 

vendredi 3 juin 2011

Une multitude de bons vins aux Grandes dégustations du FestiVin


On cherche encore du soleil et si l’été n’est pas encore officiellement arrivé, il y a de bonnes raisons de se réjouir avec les Grandes dégustations du 15e FestiVin de Caraquet. D’abord parce que la brochette de vins qui seront disponibles cette année sera tout aussi susceptible d’étonner par sa qualité autant que pour sa quantité de produits.


Pour les amateurs de vins d’Espagne, on aura droit à la présence de produits de la maison Vega Sicilia qui possède des vignobles notamment dans le Ribera del Duero et produisant des vins haut de gamme comme le Unico d’une valeur de plus de 350$. D’ailleurs, un séminaire a été présenté au Restaurant Déja BU jeudi soir avec cette maison qui était en vedette dans le cadre d’une dégustation prestige. Vega Sicilia possède aussi le Domaine d’Oremus qui se situe au nord de la région de Tokaj.
De grandes maisons de Porto seront aussi représentées durant le week end et ceux et celles qui oseront se rendre à la Cave à vin pourront moyennant quelques dollars s’offrir quelques onces de ces nectars dont le prix d’une seule bouteille dépasse les 150 dollars comme le Dow’s Vintage 1994. Certains grands noms des pays de l’ancien monde comme Pio Cesare, William Fèvre, Antinori et la Maison Henriot de Champagne seront aussi à surveiller.
La Cave à vin permettra également aux plus curieux de déguster du Penfolds Grange le vin australien parmi les plus dispendieux, alors qu’une bouteille du millésime 2005 coûte 410 dollars la bouteille. Barolo, Brunello et quelques grands crus de Bourgogne seront aussi offert au verre. Pour profiter pleinement de sa séance de dégustation il est important de tenir compte de quelques conseils.
Dégustez le vin d’ordre suivant :
  • Le blanc, le rosé et puis le rouge.
  • Le vin blanc sec doit précéder le vin rouge.
  • Pour le vin blanc, débutez par un sec et fruité, puis dégustez un vin plus gras.
  • Pour le vin rouge, un vin jeune précède un vin vieux, un vin peu tannique précède un vin tannique, un vin peu alcoolisé précède un vin avec un taux d’alcool plus élevé.
À tous de bonnes dégustations!






jeudi 2 juin 2011

Un passage remarqué de Chartier en Acadie

Mercredi dernier, le Déjà BU vibrait au rythme de François Chartier lors d’une conférence qu’il a présenté dans le cadre des activités du FestiVin en collaboration avec Robert Noël, propriétaire de ce restaurant gourmand de Caraquet. Son livre Papilles et Molécules dépasse maintenant les frontières du Québec puisque la maison d’édition américaine Wiley a acquis les droits pour lancer l’édition anglaise aux États-Unis en 2012. Monsieur Chartier a donc fait la présentation du fruit de ses recherches ayant mené à la réalisation de ce livre qu’il a tenté de vulgariser devant un groupe de participants à cette activité affichant complet. C’était non-seulement le premier passage de François Chartier en Acadie, mais c’est aussi une rareté de pouvoir l’écouter dans une intimité aussi conviviale, puisque d’habitude il s’adresse à des groupes beaucoup plus nombreux.

Le fruit de ses recherches est partagé avec générosité et avec une passion contagieuse. Pendant plus de deux heures il a parlé de son approche des accords mets et vins, fondée sur l’analyse des molécules aromatiques du vin. Évidemment le public présent, dont j’étais aussi du nombre, s’est abreuvé sans se lassé de ses découvertes dont plusieurs se sont fait en présence d’hommes de sciences mais également par de nombreux essais en cuisine avec des chefs aussi réputé que Ferran Adrià, du non moins célèbre Restaurant elBulli en Espagne.

Robert Noël avait réservé aussi quelques surprises aux participants de cette conférence ainsi qu’à Monsieur Chartier lui-même, puisque son équipe avait concoctée quelques-unes des créations culinaires du livre Les Recettes de papilles et molécules qu’il a écrit avec la complicité du chef Stéphane Modat. Le tout était accompagné de vins fabuleusement agencés aux bouchées.

François Chartier n’est pas à court de projets et les idées semblent fermenter dans sa tête comme le bon vin en barrique. Il sera à l’affiche dans le cadre d’une émission (Intitulée probablement aromatique) qui sera en onde tous les vendredis à Télé Québec, à compté du début 2012, mais il va aussi continuer à peaufiner ses recherches sur le sujet de la sommellerie moléculaire.

Durant sa conférence à Caraquet, il en a aussi profité pour communiquer quelques secrets concernant les molécules de l’huître, un mollusque qui a fait la renommée de la région de Caraquet un peu partout au Canada, avec sa variété bien connue soit la Caraquette. Chartier va aussi partager ses trouvailles dans un article à venir dans le journal La Presse et qui sera possiblement diffusée le 11 juin prochain. Chose certaine, si c’était le premier passage de François Chartier en Acadie, on pourrait le revoir bientôt puisqu’il a eu un coup de cœur pour l’hospitalité des Acadiens et aussi pour le cachet des lieux avec l’arôme salin de la mer.