jeudi 27 janvier 2011

Le Chili vise les sommets d’ici 2020

Le Chili a longtemps été étiqueté comme un pays producteur de vin à bon marché et aussi la qualité était rarement au rendez-vous.   Néanmoins le réveil de ce pays producteur de vin est de plus en plus perceptible.  Un plan stratégique de l’industrie a été réalisé avec 4 axes de développement et dont l’objectif est ambitieux.   Le Chili aspire d’ici 2020 à décrocher le premier rang des pays producteurs du Nouveau monde,  au chapitre de vins. Pour y parvenir on mise sur des pratiques de développement durable,  sur la qualité et la diversité, l’image du pays et l’innovation.  

Cette course ne sera pas facile car l’Argentine était en 2007 au 5e rang de la production mondiale du vin alors que le Chili était au 10e rang.  Au chapitre des exportations le Chili, au 5e rang,  devançait néanmoins l’Argentine au 8e échelon mondial*. 

Le Chili compte près d’une quinzaine de régions dont les plus connues sont celles de vallées soit l’Aconcagua, Casablanca, Maipo, Colchagua, Curico et Maule.  Évidemment une grande portion de ces appellations sont concentrée dans la Vallée Centrale qui inclus des sous appellation comme la Vallée de Rappel.

Lorsque l’on parle du Chili, on ne pourra passer sous silence les vins de producteurs connus comme Cono Sur,  Carmen,  Santa Rita, Aresti, Montes, Errazuriz, Vina Ventisquero et Concha Y Toro.   Plusieurs vins à prix doux sont monnaie courante encore aujourd’hui, mais la qualité a aussi augmenté.  On retrouve également des vins de gammes supérieures comme le fameux Don Melchor, l’Alpha M et l’Almaviva.  

Actuellement,  le site d’Alcool Nouveau-Brunswick fait la promotion des vins du Chili durant le mois de janvier.  Le répertoire des vins du site Internet de la société d’État fait mention de la présence de près de 120 produits du vin qui proviennent de ce pays. Les prix oscillent entre 9.99 $ et 126.50 $.

*Source Wikipédia  selon des données non-officielles de 2006

samedi 15 janvier 2011

2011 : un nouveau livre, privatisation d’ANBL et quoi boire?

Une nouvelle année qui n’est vieille de quelques jours et déjà je constate que les choses sérieuses font surface. Après avoir profité de la période des fêtes pour jouir des plaisirs de la table avec de bons vins, il est temps de regarder en avant et continuer de faire la promotion du bon vin et l’éducation à ce monde qui déborde d’informations.


Un nouveau livre :

2010 est derrière et le bilan des ventes de mon premier guide sur les vins au Nouveau-Brunswick est positif. Je devrais connaître les chiffres réels d’ici la fin janvier. J’ai déjà fait la description de plus de 200 vins pour la prochaine édition. Je viens aussi de me doter d’un nouveau logo suite à l’acquisition d’un nouveau nom de domaine pour le Tire-bouchon. Bref il devrait y avoir un Tire-bouchon 2012 qui devrait sortir en octobre 2011.

Privatisation d’ANBL :

Toutefois la grosse question qui alimente les conversations et les pages de notre quotidien L’Acadie Nouvelle ce matin concerne la privatisation d’Alcool Nouveau-Brunswick. Lorsque le journaliste m’a contacté plus tôt cette semaine, disons effectivement que je ne m’étais pas trop penché sur la pertinence ou non du sujet. Je savais que Daniel Allain, nouveau président de la société d’état nommé l’automne dernier après les élections provinciales, devait explorer cette avenue afin de répondre à une demande accrue de Fredericton pour amener de l’argent dans ses coffres.

En marge du débat politique autour de cela, envers lequel je n’ai d’ailleurs pas d’intérêt, je préconise une approche prudente sur le sujet. Alcool Nouveau-Brunswick n’est pas en difficulté et c’est un monopole d’état qui amène de l’eau au moulin pour payer nos routes, notre système de santé et autres. Il est vrai que le privé a plus de latitude et cherche souvent à satisfaire davantage sa clientèle. Je le constate lorsque je visite des magasins privés en Floride auprès de boutiques comme ABC Fine wine & Spirit ou Total Wines.
Pour ma part, comme je l’ai indiqué au journaliste au moment de l’entrevue, je crois qu’il y a des pistes d’améliorations qui peuvent surgir en s’associant avec nos voisins qui ont un plus gros pouvoir d’achat. Que ce soit avec la SAQ au Québec ou avec la Liquor Control Board of Ontario (LCBO), je suis d’avis que nous pourrions faire des économies sur le volume et augmenter les bénéfices en bout de ligne. Pourquoi pas un partenariat en Atlantique incluant Terre-Neuve, la Nouvelle-Écosse et l’Ile-du-Prince Édouard?

Ce n’est évidemment pas la seule solution et à mon sens il appartient à Alcool Nouveau-Brunswick Liquor de suggérer la position qui répondra à la fois aux demandes du gouvernement et aux besoins de sa clientèle. Il faut préciser que ce n’est pas la qualité des vins qui est à l’étude, mais bien le modèle d’affaire. Il y a des pour et des contre d’un bord comme de l’autre. Si l’on parle uniquement de vin, Alcool Nouveau-Brunswick a une sélection respectable au chapitre des produits de consommation courante sur ses tablettes pour la grosseur de son marché. Cependant, je crois qu’il y a moyen d’augmenter les ventes de vin à l’aide d’un marketing un peu plus dynamique et aussi en révisant le statu de certains magasins et favoriser une formation accrue du personnel. Ce sera intéressant de voir ce qui se passera dans ce dossier en 2011.

Que boire?

La Saint Valentin approche et avec le succès de mes séminaires sur le vin en 2010, je suis déjà presque complet pour une activité qui se déroulera au Château Albert du Village Historique Acadien le 12 février prochain. Pour la fête des amoureux, je prépare une soirée romantique à l’italienne avec de bons vins et de la cuisine provenant de ce pays qui a vu naître l’histoire d’amour la plus connue au monde, soit celle de Roméo et Juliette de Vérone. Au programme, les participants auront l’opportunité de goûter notamment du Chianti, du Brunello et du Barolo.

J’en profite pour vous souhaiter une année de belles découvertes dans le monde du vin et je vous invite à me suivre sur facebook avec mon groupe Le Tire-bouchon, ainsi que sur Twitter à cette adresse http://twitter.com/letirebouchon