mercredi 30 mai 2007

Gérer son cellier avec un outil indispensable!


Il est de plus en plus commun de voir des gens se doter d’un cellier réfrigéré ou même de se bâtir sa propre cave à vin. La popularité grandissante de ce type de produit amène aussi les gens à vouloir mieux gérer leurs caves et leurs vins.

Par le biais des différents logiciels de gestion de cave, il est possible d’assurer un bon contrôle sur les entrées et les sorties du cellier. Il existe une variété de logiciel en vente sur Internet mais j’ai trouvé des logiciels gratuits qui font sensiblement la même chose.

J’ai essayé quelques produits, mais celui qui semble se démarquer récemment est un nouveau logiciel gratuit appelé Open Cellar. La version personnelle 1.1 pour la maison a été lancée au début du mois et offre une interface conviviale et intuitive pour les utilisateurs. (Voir les captures d'images sur le site) Il permet de produire de nombreux rapports et fournir des statistiques détaillées de votre cellier (Voir image plus haut) . Pour en avoir essayé plusieurs, Open cellar a vraiment un avantage pour la production de rapports qui peuvent être généré sur PDF et sauvegardé au besoin.

En profitant des services gratuits du mode live, il est possible de sauvegarder une copie de votre base de données sur leur serveur et récupérer le tout en cas de problèmes. La version mobile du logiciel permet de gérer vos vins exclusivement par le biais de votre Pocket PC ou de les synchroniser avec la version PC. Le logiciel donne aussi l’option de normaliser vos échanges d'informations sur le vin avec la norme vinoXml qui est supportée par des logiciels et sites marchands de plusieurs pays (dont Open Cellar). Autre point avantageux, Open cellar est également disponible en version Mac et Linux.

Pour ceux qui suivent ma chronique info-techno sur Acadie.Net et à la radio de CKLE et c’est aussi mon sujet de la semaine. D’ailleurs Open cellar est mon coup de cœur logiciels de 2007.

mardi 29 mai 2007

Les vins d’Alain Brumont au Nouveau-Brunswick!

Il y a en France des noms qui se démarquent dans la façon de faire le vin et par leur gage de qualité millésime après millésime. Parmi ceux-ci, nous pouvons très certainement nommer le nom d’Alain Brumont. Ce producteur de terroir de Madiran dans le sud-ouest de la Frane a très certainement laissé sa marque avec des vins qui ont redonné le prestige à cette appelation. Les vins de Brumont seront en vedette cette année lors du Festivin qui se déroulera à Caraquet du 2 au 9 juin prochain. Ce sera donc l’opportunité pour plusieurs amateurs de vins de France de faire la découverte de ces vins au caractère assez corsé qui ont mis en valeur un cépage qui a été oublié pendant longtemps, c’est-à-dire le tannat.

Non seulement les vins de Brumont s’illustrent par côté costaud, mais aussi par la finesse qu’il a réussit à en dégager. Les noms de Montus et Bouscassé vont donc faire leur entrée au Nouveau-Brunswick après avoir fait le délice des amateurs de vins au Québec depuis déjà quelques années. Pour les bourses un peu plus abordables, ce sera aussi l’occasion de déguster un exellent vin à moins de 20 dollars, soit le Torus. C’est donc un rendez-vous à ne pas manquer durant le Festivin.

dimanche 27 mai 2007

Saveurs de Steak , Shiraz et Zinfandel

Dans l’Acadie Nouvelle, édition du samedi 26 mai, le cahier Tendances + offre un spécial barbecue. Le chef Richard Chiasson qui a remporté un prix prestigieux au niveau canadien pour son savoir culinaire offre aux lecteurs de sa chronique de cette semaine, quelques trucs pour l’entretien du barbecue au gaz propane. Pour sa part, le sommelier d’Alcool NB prodigue quelques conseils pour profiter de l’harmonie vins et bouffe sur le gril.

Pour ma part je consacre ma petite chronique d’aujourd’hui pour les amateurs de steak sur le gril. Qui dit steak sur le barbacue dit aussi épices et saveurs fumées. C’est pourquoi l’Australie et la Californie offre probablement une variété assez intéressante de vins pour se marier avec ces mets.

L’Australie offre aux amateurs de BBQ, le Shiraz et nous pouvons certe en retrouver une gamme complète impressionnante au Nouveau-Brunswick avec près d’une soixantaine de vins comportant du Shiraz. Certains vins des pays du Nouveau Monde comme le Chili et l’Argentine sont aussi de plus en plus populaire pour des vins pouvant s’harmoniser avec vos steak sur le gril. L’Afrique du sud produit aussi quelques bons Shiraz. Quant à la Californie qui est le terroir par exellence du Zinfandel, on retrouve une vingtaine de produits à l’heure actuelle sur les tablettes des magasins de la société des Alcools du Nouveau-Brunswick.

Je vous offre ma petite liste de mes tops 5 :

1-Sebastiani Zinfandel -Sebastiani Vineyards Californie 2005 à 25,58$
2-Wyndham Shiraz Bin 555 Australie à 17,76$
3-Penfolds Koonunga Hill Shiraz Cabernet Sauvignon Australie à 17,78$
4-Lindemans Bin 50 Shiraz -Australie à 13,23$

5-ForestVille Zinfandel- Bronco Winery -Californie à 11,57$

Passez une bonne saison sur le gril!

mardi 22 mai 2007

Notre 5e sondage est en ligne

Nous vous invitons à voter dès aujourd'hui sur la question de notre 5e sondage sur le blogue Le Tire Bouchon. Ce n'est pas un sondage scientifique, mais il permet de savoir les habitudes des gens qui fréquentent mon site et ainsi adapter davantage le contenu.

La question de la 5e semaine est la suivante:

Quel est le montant du vin le plus dispendieux que vous ayez payé à ce jour?

Moins de 30 dollars
De 30 à 50 dollars
De 50 à 75 dollars
De 75 à 100 dollars
De 100 à 200 dollars
De 200 à 500 dollars
Plus de 500 dollars

Quant aux résultats de notre 4e semaine, voici donc le verdict:

Au restaurant, quel est le prix que vous êtes prêt à payer en moyenne pour une bouteille de vin?

13.79%

Le vin maison à moins de 25$

34.48%

De 25 à 35 dollars

24.13%

Entre 35 et 45 dollars

17.24%

De 45 dollars à 65 dollars

10.34%

Bof le prix n'a pas d'importance


29 personnes ont répondu





lundi 21 mai 2007

Mes dégustations du congé de la Reine

Un bon Meursault 2004
Un bon Meursault 2004,
originally uploaded by Grif_007.
Le roi est mort, vive la reine. Pour le long congé de la Fête de la Reine, je me suis offert un traitement royal! Je suis allé voir le film Shrek The Third avec les enfants et je me suis rincé le gosier dans le cadre de dégustations à la maison.

J’ai été faire un petit tour dans mon cellier durant cette fin de semaine
afin de vérifier l’état d’un vin que je possède déjà depuis quelques années en cave et dont je possède quelques bouteilles du millésime 2001. Je parle ici du Château Roc de Bernon, un vin de la commune de Puisseguin dans la région de Saint-Émilion. Nous avons profité de ce temps froid de mai venteux et pluvieux pour se préparer dimanche une fondue chinoise et j’ai donc opté pour se vin afin d’accueillir nos convives. Le 2001 est encore très jeune. D’ailleurs les tanins sont encore assez costauds et le vin présente de belles notes épicées en finale. Je vais donc lui laisser encore un peu de temps en cave afin d’ouvrir les prochaines bouteilles de ce millésime.

Site Officiel : http://www.chateau-roc-de-bernon.com

J’ai aussi eu le vil plaisir à déguster samedi, un Château Talbot 1995 alors que la pluie était au rendez-vous! Grâce à un de mes bons amis, j’ai pu savourer ce Saint-Julien , 4ème Cru Classé qui s’est taillée une solide renommée à travers le monde. L’histoire du vignoble comme tel illustre bien la noblesse de ce vin. Ce vignoble de100 hectares doit son nom à un général anglais qui périt en 1453 à la bataille de Castillon. Pour ce qui en est du sol de ce terroir, situé au nord du domaine frère de Gruaud-Larose sur des croupes de graves profondes plantées à 66% en cabernet-sauvignon, 24% en merlot, 3% en cabernet-franc et 5% en petit-verdot, il produit un vin d’une qualité et d’une régularité exceptionnelle. Le millésime 95 gouté samedi était un pure délice avec ses arômes de cuir animal et d’un velouté de dentelle en bouche. Une expérience rehaussée par l’attente des années…



Le site officiel : http://www.chateau-talbot.com/vin.htm

Avec le printemps et la pêche au homard qui est amorcée, je suis davantage enclin à boire des vins blancs par les temps qui courent. Par un heureux hasard de circonstance j’ai eu la chance de mettre la main sur une bouteille de Meursault Joseph Drouhin 2004. Ce vin est un véritable délice pour le palais et se hisse à la hauteur de ses 46 dollars la bouteille.

C’est mon coup de cœur des derniers jours comme en témoigne la photo publiée à la une de mon blogue. Ce vin de Bourgogne est composé de raisins de Chardonnay vendangés manuellement, triés et pressés avec délicatesse. J’ai dégusté ce vin avec un filet de sole farcis aux crevettes qui constituait un heureux mariage avec le fumet du plat!


Le site officiel : http://www.drouhin.com


Je vous avais parlé de ce vin californien Folie à deux : Ménage à trois…Alors après avoir dégusté le rouge, je me suis laissé séduire par le blanc et je peux affirmer le préférer à son p’tit frère en rouge. D’abord, il se dégage un nez dont le bouquet est très intéressant avec son nez d’épices provenant du muscat avec ses notes d’agrûmes qui lui confère en bouches des saveurs citronnées et de fruits tropicaux. Son acidité vive en font une expérience rafraîchissante, idéal pour vos après-midi sur le bord de la piscine. Néanmoins à 21 dollars, peu de gens seront enclin à s’offrir ce plaisir californien. Plusieurs vont opter pour le rouge même si le blanc est à mon avis d’une qualité supérieure. Aux Etats-Unis les vins de cette gamme se vendent à peine 12 dollars.


Site officiel : http://www.folieadeux.com


Bonne fin de congé…

vendredi 18 mai 2007

Folie à deux …Ménage à trois avec le marketing!

La tendance du vin-marketing a longtemps été le monopole des australiens. La tendance se propage depuis quelques années à travers l’Europe et le concept est de plus en plus exploité dans les pays producteurs du Nouveau Monde, dont la Californie.

Après le Red Truck, le Twin Fin, le Leaping horse et le Turning Leaf, le vignoble de Californie nous offre son plus récent produit au marketing lêché…Folie à deux, Ménage à trois. Le concept est simple pour ce producteur de Napa Valley, un nom original, un vin qui a du caractère et un prix accessible! Le nom Folie à deux est pour résumer cette aventure vinicole qui est l’œuvre de deux amis ayant décidé de pousser leur passion pour le vin en devenant proprio d’un vignoble en 1981. Quant au ménage à trois, il indique la recette d’une gamme de vins qui sont des mélanges de trois cépages. C’est le cas du rosé qui est composé de Merlot, syrah et Gewurztraminer. Le blanc est un mélange de Chardonnay, Muscat et Chenin Blanc. Quant au rouge que j’ai dégusté récemment, c’est un assemblage de Zinfandel, Merlot & Cabernet Sauvignon avec un degré d’alcool de 13,2.

Mes notes de dégustation : Ce vin est une belle réussite pour le prix. Sa texture velouté en bouche, ses saveur de fruits framboisés et de bleuets lui confère un attrait et ses notes vanillées finissent par saturer un peu trop à mon goût le palais. Néanmoins pour un p’tit verre ou deux, c’est un vin qui passe bien sans avoir besoin d’accompagner un repas.
Son séjour en fût de chêne américain et français se révèlent au premier nez.


Pour ceux qui veulent s’offrir une soirée thématique de vins aux noms marketing, il y a une vaste gamme de vins de l’Océanie dont le Yellow tail, Bear Crossing, Jackaroo Big Red, Little Penguin, Lizard Flat, Mad Fish , Cats Pee on a Gooseberry Bush et Monkey Bay Marlborough. La France commence aussi a se démarquer avec des noms originaux et accrocheurs comme le French Rabbit, Infernal de Jean Jean et quelques autres vins de pays.

dimanche 13 mai 2007

Bonne fête des mamans

Aujourd'hui en ce dimanche de la Fête des mères j'en profite pour rendre un hommage à ma maman. Depuis ma tendre enfance, elle a fait en sorte que je me dirige dans le bon chemin. Elle a pris soin de moi comme un plan de vigne qui a fini par produire de beaux fruits après quelques années. Après avoir assuré mon éducation, ces fruits ont aussi rapporté à mon entourage.

Mes talents que l'on peut qualifier comme le vin, m'ont permis de maturer et de devenir aussi meilleur avec les années. Ma maman est mon vigneron préféré, elle m'a donnée l'essence même des valeurs de la vie et je tenais le plus simplement du monde à lui dire merci!

Pour ce qui a trait à la femme qui partage ma vie et qui est tout aussi extraordinaire, je lui prépare pratiquement le même cadeau à chaque Fête des mères...du bon homard frais des eaux de la Baie des Chaleurs. Le homard est un pure délice avec un bon Sancerre et même si la sélection est restreinte, je ne déteste pas le Sancerre de Barton & Guestier, un 2005 qui présente quand même un bel acidité et des arômes citronné et des notes minérales. Pour vraiment déguster le plaisir de la chair de homard avec vos vins, réduisez les trempettes dans le beurre à l'ail...ça tue le goût et du homard et du vin!

Un autre beau vin à considérer avec votre homard, c'est une petite découverte que j'ai expérimentée en allant à notre restaurant japonnais préféré soit chez Mitchan Sushi. Le mélange Gewurztraminer/Riesling de Hardy's est un must à découvrir avec le bon cardinal des mers, soit le homard! Excellent avec les sushis, ce vin qui se vend au prix de 10 dollars et 75, est gênant pour plusieurs grands vins. Il offre une finale remarquable pour un vin de ce prix avec son petit goût épicée et citronnée.

Voilà mon plan de match pour aujourd'hui, du homard, du vin blanc et de l'amour! Bonne fête des mères à toutes les mamans qui fréquentent ce blogue.

jeudi 10 mai 2007

Le Festivin présente des séminaires uniques

Du 2 au 9 juin, c’est la 11eme édition du Festivin de Caraquet. Ce salon des vins s’est taillée une bonne réputation depuis plusieurs années maintenant. Le Festivin est un salon à l’échelle intime et permet donc d’augmenter les connaissances des gens qui veulent apprendre des choses nouvelles à propos du vin. C’est l’opportunité de faire ses provisions de bons vins avec le début de la période estivale et la saison de pêche.

Nous avons la chance cette année d’avoir des vins qui feront leur entrée pour la première fois au Nouveau-Brunswick. Même si les grandes dégustations demeurent toujours très populaires, je crois qu’il y a avantage à participer aux différents séminaires. Pour seulement 30 dolllars il y a un événement à ne pas manquer le 3 juin à 19 heures à l’hôtel Paulin, soit « Les Grands vins de la Californie » en compagnie de Robert Noël, sommelier d’Alcool N.-B.

Robert va aussi offrir un séminaire sur de grands vins italiens à l’hôtel Paulin le mercredi 6 juin à 19 heures. Pour seulement 45 dollars, les amateurs de Barolo et de Brunello pourront faire la découverte de certains vins qui n’ont jamais été vendu dans la province.

Finalement notre ami Serge Turbide du populaire blogue Méchant raisin sera heureux d’apprendre que le Clos Jordanne et autres grands vins seront en dégustation le samedi 9 juin en après-midi à l’Hôtel Super 8 de Caraquet. Le prix est de 35 dollars par personne, c’est une aubaine! Pour plus de détails sur la programmation, visitez le site officiel du Festivin.

Pour ceux et celles qui vont participer à la Grande dégustation du samedi 9 juin, le prix du billet de 40 dollars inclus le spectacle de blues du groupe Downtown Blues Band de Fredericton. J’invite les gens de la région de Moncton de venir découvrir le salon de Caraquet pour son petit côté intime, aussi pour la variété des produits de la vigne, mais également pour la qualité gastronomique du terroir de la Péninsule acadienne.

mercredi 9 mai 2007

L'abc du vin en Floride


Me voici de retour après quelques semaines de vacances et surtout une absence dans le monde des blogues pour près d’un mois dans le monde des blogues. Il faut parfois prendre du recul et se refaire des forces pour revenir plus fort. En fait je suis allé me promener au pays de l’oncle Sam et particulièrement sous le soleil de la Floride.

Je ne veux pas paraître hautain, mais c’est bien de se promener dans l’état du soleil et comme je n’ai pas l’habitude de revenir les mains vides, j’ai rapporté une quantité de bonne bouteilles en plus de celles que j’ai dégustées sur place. Dans mes bagages, j’ai rapporté un exellent Clos de l’église 2003 de France que j’ai payé 29 dollars. J’ai vraiment fait une bonne affaire puisque le même vin se vend plus de 60 dollars au Canada.

C’est un peu frustrant de voir qu’il faut débourser le double pour se payer des vins qui se vendent près de 15 dollars aux Etats-Unis. Il semble que les vins californiens soient parmi les plus coûteux pour le transport en dehors des frontières américaines. Dommage pour eux car les vins de l’Amérique du sud commencent à gagner en popularité et ils sont générallement à des prix plus raisonnables et la qualité de plus en plus respectable.

Néanmoins je n’ai pu m’empêcher de savourer des vins américains durant mon séjour dans la région d’Orlando et de Palm Beach. J’ai goûté à l’un de mes vins fétiche soit le Cabernet Sauvignon de la maison Sébastiani qui se vendait autour de 15 dollars au lieu de 30 dans notre beau pays. J’ai été particulièrement impressionné par le chardonnnay de la même maison. À 9 dollars 99, c’était un pure délice! Évidemment pour acheter des vins, il faut connaître les bonnes adresses. Je me suis rendu dans une chaîne qui fait l’importation privée soit ABC Fine Wine & Spirits. C'est donc pour moi l'ABC du vin en Floride.

Quelques années passées j’avais découvert ces magasins grâce à une amie qui réside en Floride. À cette époque les Etats-Unis étaient offusqué par la non-participation à l’effort de guerre de la France dans la guerre d’Irak. Les vins français étaient alors boudés par les consommateurs et certains vins s’étaient vendu à bons prix. Imaginez, j’avais mis la main sur un Pavillon Rouge (2e vin du Château Margaux) à seulement 40 dollars us et le Château Les Forts de Latour 1998 (2e vin du Grand Vin Château de Latour) pour 48 dollars. Ces deux bouteilles dorment encore dans ma cave et en 2008 je devrais m’offrir
une petite dégustation.

Voilà je suis de retour, les papilles gustatives bien alerte et de plus il y a un événement viticole important qui va se dérouler dans notre belle région en début juin, je vais très certainement vous en parler dans les quelques billets à venir sur mon blogue.